seprator

Apprendre à dessiner les détails qui “font la différence” (Bronson partie 4)

seprator
10December 2013
blog_shape

Le buste et les bras, c’est fait. Le portrait, ça y est. Globalement on a un dessin qui commence à prendre de l’ampleur ! Je vais vous épargner l’étape du modelé. C’est l’étape la plus longue du dessin. On a intérêt à la peaufiner surtout si l’on souhaite atteindre un niveau de réalisme assez poussé.

Si les détails sont des bavards qu’il faut soumettre comme le disait Ingres, il est temps de leur donner la parole. Je vais m’attaquer ici à la texture de la peau, à celle du tissu, à l’éclairage, au contraste, au tatouage et à la moustache. Charmant programme n’est-ce pas ? Avec ça votre dessin fera la différence! C’est parti !


 

Positionner des lignes de surface

Je vais reprendre mon petit croquis préparatoire où j’ai pris soin de repérer les volumes superposés. De cette manière, j’ai sous les yeux la carte des lignes de surface. Cela me sera utilise pour éviter des confusions au niveau de l’emboîtement des formes.

clip_image004
clip_image006

Ayez les détails en tête au début du dessin mais occupez vous en vers la fin. On ébauche avec un balai et on termine le dessin avec une aiguille.

 

Dessiner les veines

Comment dessiner les veines des bras sans alourdir  le dessin? Pour cela on va utiliser la technique du sfumato. Sachez que les lignes n’existent pas dans la nature. Ce que l’on perçoit entre les formes et qui nous semblent les délimiter ne sont en fait que des différences de valeur.

C’est cette technique qui va permettre de dessiner ces veines et surtout donner l’impression que celles-ci se trouvent sous la peau.

Sur un côté on va dessiner une ombre épaisse (qui aura l’apparence d’une ligne) et de l’autre suggérer la déclivité en utilisant un dégradé. La veine va ainsi apparaître par différence de valeur. Pour en savoir plus sur le dessin des veines, lisez cet article.

clip_image008

 

De même que pour les veines, les cicatrices sur l’œil doivent être mis en avant. Placées près du regard, ce sont des éléments qui vont donner plus de présence à l’expression de défi qui émane du personnage.

cicatrices

 

Tâches de sang sur torse (valeur tonale)

Ici il ne faut pas être précis. Si la coulure semble uniforme, ne la transcrivez pas comme si vous traciez une ligne droite mais utilisez plutôt un mouvement circulaire pour avancer. Imaginez dessiner un ressort très comprimé.

De cette manière vous obtiendrez des nuances de gris qui rendront votre ligne irrégulière ainsi qu’un léger effet de transparence. Utilisez votre estompe pour rendre la forme un cran plus diffuse.

clip_image010

 

 

Tatouage et effet de transparence

Lorsque vous avez à faire à un tatouage, sachez qu’il faudra donner à celui-ci l’impression qu’il est transparent. La clé pour créer un bel effet de tatouage est de rendre celui-ci légèrement évasif.

Autrement dit, ne qu’il soit légèrement flou. Eh bien oui, l’encre dans la peau s’est légèrement étalé et donc les contours d’un tatouage sont des dégradés plus que des lignes nettes.

Vous pouvez utiliser le même geste que pour dessiner le sang sur le torse.

clip_image012

 

L’élément primordial ! La moustache !

Il n’est pas rare de prendre du temps pour devoir dessiner les poils et les cheveux. Ici on a de la chance puisque Bronson n’est pas fourni en cheveux ! Je vais donc prendre un peu plus soin de la moustache (c’est un peu la marque de fabrique du personnage comme moi et ma casquette !)

Je distingue trois étapes pour dessiner la moustache :

– La première est d’ébaucher la forme de celle-ci de manière simplifiée (un trapèze)

– Ensuite je remplie la zone inférieur d’un gris sombre. À ce stade, la moustache est encore très géométrique.

– Une fois cela fait je vais m’attaquer aux poils et faire en sorte de donner l’impression que ceux-ci s’entrecroisent. Donc il faut utiliser la gomme pour redéfinir la partie dans l’ombre.

clip_image014

 

Hiérarchiser les valeurs pour attirer l’attention

J’en ai parlé dans mon guide réussir un portrait. Dans un dessin, il faut hiérarchiser les gris. Ici j’ai voulu que les gens voient le visage et son expression c’est donc lui que je vais contraster et détailler au maximum. Le reste du corps sera un peu plus libre, d’un gris plus clair.

Voici la règle que vous devez retenir : Plus c’est noir, plus ça attire l’œil.

Regardez ces deux images, votre attention n’est-elle pas attirée par le fort contraste des yeux sur celle de gauche?

clip_image016
clip_image017

 

 

Texture des bandeaux aux mains, voir les plis et aspect tissu

La seule texture perçue dans ce modèle est celle des tissus des bandeaux des mains. Je vais revenir rapidement sur la manière de rendre l’aspect de cette matière.

Si vous ne voulez pas vous embêter vous pouvez vous permettre de ne faire qu’un dessin très graphique. C’est-à-dire sans modelé avec uniquement des traits épais et en laissant voir les lignes de construction.

Étant positionné en bas, ce n’est pas un élément qui devrait trop attirer l’œil. Éviter d’attirer l’œil du regardeur vers un élément qui se trouve en périphérie.

clip_image019

 

Voilà où en est actuellement mon dessin de Bronson Sourire

clip_image021

Si vous avez apprécié cet article et voulez en apprendre plus sur le dessin du corps humain, vous pouvez télécharger le livre “8 conseils pour dessiner un corps humain” disponible dans la bibliothèque du blog. Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous pour obtenir votre accès.

{lang: 'fr'}


  • Bonjour Roy

    Le dessin n’est pas évident et il est souvent difficile de représenter certains petit détails comme les veines ou les plis d’un drapé sans tomber dans l’erreur de faire un tracé trop régulier (effet de ligne droite ou de flamby), je trouve ton approche très intéressante et ta pédagogie très clair.
    Cela va à l’essentiel.

  • Article très intéressant ! Merci beaucoup !

  • Laisser un commentaire

    shape
    ©Roy Pallas - 2011-2015 Tous droits réservés
    ↓