Coloriser vos croquis en digital painting (Article invité)

Posted by in Couleur, Croquis, Invité | 2 comments

 

C’est quoi au juste le digital painting ?

Salut à tous et tout d’abord merci à Roy de me donner la parole sur son excellent blog que je suis depuis quelques années déjà ! Je suis Nico de Digital Painting Tutorial et vous l’aurez compris d’après le nom assez explicite je suis passionné par le Digital Painting 😉

Mais avant de me pencher plus avant sur cet art émergent, je suis aussi passé, comme une grande majorité d’entre vous, par le traditionnel avant. J’ai touché, et continue de temps en temps, au croquis, au dessin et à l’aquarelle notamment puisque c’est un medium qui convient très bien lors de voyages au long cours… et j’ai pas mal voyagé croyez-moi !


croquis digital

Exemple de colorisation en numérique – Nico – Portrait « à la Loish »

Assez parlé de moi, je suis ici pour vous décrire ce qu’est le digital painting car on le voit partout, sans même peut-être le savoir. Sa présence est omniprésente dans les films, les bandes dessinées, les jeux vidéo, les publicités et autres. En bref le digital painting c’est simplement l’art de peindre numériquement. Et même s’il peut être perçu comme un art à part, en réalité il l’est beaucoup moins que ce que l’on pense. Ses relations avec l’art traditionnel sont très fortes et il est même souvent difficile de dire s’il s’agit de traditionnel ou de numérique, voire des 2 ! Et c’est là où je pense qu’est son point fort car il peut plaire à tous et permet tous les styles. Il n’est pas mieux ou moins bien que tout autre art traditionnel, personnellement je le perçois beaucoup plus comme une autre forme d’art, qui plus est tout à fait compatible avec d’autres techniques.

 

Laissez-moi vous montrer de quoi il est capable et surtout comment il peut vous aider dans vos croquis.

Spécificités et contraintes de l’art digital

Alors autant vous prévenir tout de suite, il vous sera difficile de ressentir les plaisirs du toucher physique avec le numérique ! Il s’agit en effet d’un des inconvénients de cet art qui en rebute certains. Si vous souhaitez vous salir, vous en mettre plein les mains, finir votre session barbouillé avec des traces d’huile sur la moquette… vous devrez passer votre chemin.

En plus de ne pas pouvoir vraiment faire qu’un seul avec la matière, encore que parfois après avoir passé plusieurs heures penché sur ma tablette j’ai la sensation qu’elle est devenue le prolongement de mon imagination, il s’avère que lorsqu’on parle de numérique on pense immédiatement à la technologie et à une source d’alimentation et donc vous pouvez difficilement vous éloigner de votre chez vous. Mais je vous montrerai un peu plus loin que ce n’est plus tout à fait vrai. L’art numérique se situant à la croisée des chemins entre art et technologie certains se sont penchés sur ce genre de contraintes et ont trouvé des solutions bien pratiques pour les nomades et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre.

Bien sûr, comme toute technique artistique, il a aussi ses exigences en terme de matériel et pour pouvoir le pratiquer il est nécessaire de se procurer une tablette graphique, même si une entrée de gamme reste tout à fait raisonnable, un logiciel de dessin et là encore il existe des outils très performants gratuits ou pour un faible coût et enfin un ordinateur… ce que presque tout le monde possède de nos jours.

croquis digital

Session de peinture sur tablette graphique

 

Il existe à mes yeux un dernier élément propre au digital que tout artiste se doit de garder à l’esprit. A la différence de certains media, je pense notamment à l’aquarelle mais c’est aussi valable pour le fusain et dans une moindre mesure la peinture, en digital painting vous pouvez toujours faire évoluer votre œuvre, revenir en arrière, appliquer des filtres, changer vos proportions, votre contraste, votre saturation etc… Même si cet élément peut sembler un avantage considérable par rapport au traditionnel, il est en même temps traître, car vous pouvez vite vous retrouver dans une situation où votre œuvre perd en spontanéité et en cohérence. À force de modifications, retours en arrière et réglages, le résultat final peut rapidement paraître surchargé et trop travaillé ou pire peut même ne jamais se terminer.

Cependant, avec ces éléments en tête l’artiste que vous êtes peut trouver une multitude de pistes pour croquer ou sublimer ses œuvres à l’aide d’une tablette graphique.

Des possibilités infinies

Les horizons offerts par le digital painting sont immenses tout simplement car il permet aussi bien de travailler le noir et blanc que la couleur. Sa faculté de mimétisme en fait également un medium très prisé pour imiter des techniques traditionnelles sans toutefois se trouver entravé par les contraintes propres à ces media.

Ci-dessous se trouve une liste de possibilités pour passer vos croquis au digital :

· Vous pouvez tout d’abord réaliser vos croquis sur papier comme vous avez l’habitude de le faire et ensuite les numériser avec un scanner pour les stocker et en garder une trace que vous pourrez toujours retravailler plus tard ou pour vous en inspirer.

· Les croquis peuvent également se réaliser directement avec l’outil numérique avec les avantages que je vais citer plus bas.

· Lorsque vous croquez sur le vif, vous arrivez parfois à un stade où vous voudriez pousser l’exercice un peu plus loin et passer à la couleur pour donner plus d’intensité, de dynamisme ou pour retranscrire une atmosphère particulière par exemple. Et ce n’est pas Roy qui va me contredire avec ses feutres Promarker qu’il emporte partout 😉 Quel que soit le style final que vous voulez donner, les techniques de digital painting pourront vous permettre d’ajouter de la couleur et même pourquoi pas de modifier votre croquis initial. J’explique le processus dans un simple cas pratique en vidéo dans la série en 3 épisodes K Pratique : Peindre une casquette.

Vers quel style s’orienter ?

C’est à vous de choisir le style final que vous voulez, de l’ébauche au croquis plus détaillé, à la peinture aboutie en passant par le dessin ou tout simplement un effet stylisé et minimaliste. Une des principales forces du digital c’est qu’il ne se cantonne pas dans un style, mais a la faculté de pouvoir permettre un rendu extrêmement proche des techniques traditionnelles. Tout d’abord, grâce à des systèmes de textures rien ne vous empêche de travailler votre œuvre sur un canevas entoilé ou du papier à aquarelle ou pourquoi pas du bois, du carton ou même du lin. Seule votre créativité vous limitera.

Ensuite que vous souhaitiez travailler un style comme le crayon, l’aquarelle, le feutre, l’acrylique, le pastel ou même l’huile, le digital painting met à votre disposition tout un panel d’outils sous forme de brosses (ou pinceaux) extrêmement proches du rendu de ces techniques traditionnelles. Non seulement le rendu final est quasi identique, mais la méthode pour y arriver peut être également très similaire jusqu’à ressentir le mélange de l’huile pas encore sèche ou encore travailler l’aquarelle et sentir les pigments se déplacer ou bien incliner le stylet comme vous le feriez avec votre crayon ou pinceau. Les coups de pinceau, la facture, les reflets, la brillance de l’huile, les pigments de l’aquarelle, tout peut ressortir comme si l’œuvre avait été travaillée avec ces techniques. Je vous laisse juger par vous-même ci-dessous, mais je suis presque sûr que si j’intercalais des œuvres numériques et traditionnelles vous auriez du mal à déceler qui est quoi :

Croquis numérique que j’ai ensuite colorisé rapidement en style aquarelle

Croquis numérique que j’ai ensuite colorisé rapidement en style aquarelle

 

 

Une de mes études en cours avec un effet huile après réalisation d’un croquis – Rembrandt – Two Old Men Disputing

Une de mes études en cours avec un effet huile après réalisation d’un croquis – Rembrandt – Two Old Men Disputing

 

 

Les traits peuvent également être beaucoup plus appuyés – Ad van Bokhoven - Ladies

Les traits peuvent également être beaucoup plus appuyés – Ad van Bokhoven – Ladies

 

Mais le numérique sait aussi se démarquer par son propre style qui peut au final ne ressembler à aucune technique traditionnelle et avoir cet effet plus synthétique, poli et moins organique que tous n’apprécieront peut-être pas ; comme tout art qui émerge je dirais, il a ses adeptes et ses détracteurs.

Pourquoi ne pas réaliser en traditionnel alors ?

A cette question je répondrai simplement… qu’effectivement le traditionnel répond très bien à la problématique du passage à la couleur notamment et la preuve en est à travers les âges. Mais il n’est tout simplement plus la seule manière et le digital painting apporte toutefois les avantages suivants :

· Ne pas se salir : oui, suivant les goûts de chacun, ça peut être un avantage ou un inconvénient 😉

· Ne jamais manquer de media (support, peinture, le bon pinceau/couteau…)

· Ne pas avoir besoin d’attendre que la peinture/encre/feutre sèche. Même si parfois ça a du bon d’attendre et de laisser reposer son œil et son cerveau sur une peinture, ce qu’on a tendance à négliger en numérique.

· Vous pouvez vous y reprendre autant de fois que vous voulez, vous ne risquez pas de gaspiller du matériel qui vous est compté. Comme expliqué plus haut si l’œuvre est trop retravaillée ça finit par se ressentir car le résultat est moins spontané. Mais ça permet par la même occasion d’enlever des barrières et donc de pouvoir être plus libre et lâcher ses traits pour paradoxalement obtenir un résultat plus fluide et naturel. Il faut évidemment trouver le juste équilibre.

· Les styles peuvent être mélangés ce qui est quasiment impossible dans la réalité. Que diriez-vous de pouvoir passer de l’aquarelle sur de l’huile, ou appliquer de l’huile sur des canevas non texturés ou rajouter un lavis d’aquarelle très estompé (donc beaucoup d’eau) mais sans texture apparente d’un papier épais, ou quelques traits de fusain sous de l’aquarelle,… ? Vous pouvez aussi très bien passer de l’un à l’autre même s’il est plus fréquent de commencer une œuvre traditionnellement (photo, croquis, dessin, peinture,…) et de la compléter en numérique mais rien ne vous empêche de peindre par-dessus un début commencé en numérique.

 

Peinture de Justin Gerard – The Forrest Troll – media mixte, aquarelle et numérique

Peinture de Justin Gerard – The Forrest Troll – media mixte, aquarelle et numérique


· Il est possible depuis peu de pouvoir peindre aussi n’importe où avec l’apparition de tablettes graphiques complètement autonomes et mobiles (pas besoin d’un ordinateur !). Ces avancées technologiques permettent donc d’aller peindre et croquer dehors par exemple, mais évitez quand même par temps de pluie comme Roy car là vous risquez de perdre plus qu’une feuille de papier et un début d’œuvre 😉

Une méthode idéale pour passer du croquis à la couleur

Par sa grande flexibilité le digital painting offre une grande liberté aussi bien en tant que tel mais aussi pour se mélanger avec des techniques traditionnelles pour un effet mixte. Il vous permet également de passer d’une technique à l’autre sans même vous en rendre compte pour des résultats tout aussi variés, du croquis au dessin en passant par la peinture dans un style figuratif ou abstrait.

Que vous souhaitiez colorer un croquis ou vous servir de votre croquis comme base d’une peinture, l’outil numérique peut répondre à vos attentes… à condition de le maîtriser, car comme tout medium, il n’est ni plus facile, ni plus compliqué mais requiert certaines connaissances qui exigent un apprentissage. Toutefois, il s’appuie sur des bases fortes en dessin et peinture et ne créera pas l’œuvre pour vous. Il vous permettra simplement d’explorer d’autres horizons infinis. Pour sublimer vos croquis et vous aider à découvrir cet art aux possibilités multiples, je vous invite à télécharger mon Pack Démarrage dans lequel se trouve notamment une vidéo explicative pour passer du traditionnel au numérique.

Je m’emploie aussi sur le blog à donner des tonnes de conseils et astuces pour bien se lancer en digital painting.

{lang: 'fr'}


2 Comments

  1. Salut Philippe,
    En effet il est tout à fait possible de coloriser avec une tablette numérique plutôt que graphique surtout pour de l’illustration BD. En revanche si l’on souhaite atteindre un niveau de contrôle plus fin et notamment bénéficier de niveaux de pression du stylet, inclinaison et autres une véritable tablette graphique est nécessaire comme pour reproduire des coups de pinceaux, crayons et feutres par exemple.

  2. Salut Roy.

    Merci pour ton article. Pour ma part, je fait la couleur de mes planches de B.D et croquis mais depuis peu, je me suis procuré un stylet spécial pour ma tablette tactile Android que j’utilise avec des applications comme Autodesk Sketchbook (payant) et Line brush (Gratuit- en Anglais mais avec pleins d’outilsdu feutre au pastel en passant par l’aquarelle).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *