Dessiner un avant-bras à la bonne taille en étant une bille en anatomie.

Posted by in Pas à pas, Technique | 10 comments

 

Cayusa

Si comme moi, lorsque l’on vous parle de “long supinateur”, “extenseur radial” ou encore “d’extenseur ulnaire du carpe” vous êtes à un millier de lieux de penser à “muscles de l’avant bras”.

Si en plus lorsque l’on vous demande à quoi ressemble ces muscles, la seule réponse que cela vous évoque est un long “eeeeuh…” Alors je crois que la structure interne du corps humain n’est pas notre tasse de thé!

Une fatalité pour ceux qui veulent apprendre à dessiner? Non!

Je vais vous montrer une astuce simple (un peu fausse mais qui marche) et quelques étapes d’observation bien précises pour apprendre à dessiner cette partie du corps sans être obligé de vous acheter le livre “anatomie humaine à l’usage des artistes”.


Voici la fameuse astuce :

La taille de la main est égale à celle de l’avant-bras (poignet-coude).

Très pratique à retenir et à appliquer! Un coup de crayon et une mesure et nous voilà en route vers des proportions harmonieuses.

 

Cependant vous le savez peut être déjà mais ce n’est pas vrai. L’avant-bras est plus long que la main. Vérifiez 🙂

 

Parce que c’était plus simple pour moi, j’ai fonctionné un moment avec ce rapport de proportion. Jusqu’à devenir un peu plus pointilleux et allonger un peu la taille des avant-bras que je dessinais.

 

Si je pense à ça c’est que j’ai lu dans le livre “Dessinez les personnages pour les nuls” que son auteur donnait la même mesure à la main qu’à l’avant-bras. Les dessinateurs seraient-ils des paresseux?

Tout ça pour dire que je suis adepte de ce genre de simplification! Quel niveau de connaissance anatomique faut-il pour savoir dessiner un modèle de manière réaliste? Étant donné que je reste sur un niveau très formel (je ne m’intéresse pas beaucoup à ce qui se passe sous la peau), il n’y a pas besoin d’en savoir énormément.

 

Voilà une illustration tirée du livre pour que vous constatiez par vous même. Pour Kensuke Okabayashi (auteur du livre), ils font la même taille. Même si ce n’est pas tout à fait vrai dans la réalité, c’est plus simple de s’en rappeler.

 

proportions avant bras

 

On va continuer dans la simplification et la schématisation (c’est là où je suis le plus à l’aise!) pour expliquer les lignes de contour de l’avant bras. En prolongeant celles-ci, on voit qu’elles convergent vers le poignet puis s’ouvrent au niveau de la paume (rappel la forme d’un éventail ou d’une spatule à hamburger).

proportions avant bras contours
proportions avant bras contours et mains

 

 

Les étapes pour l’observation du modèle

Voyons un peu comment dessiner un demi-bras en prenant la main comme unité de mesure et sans connaître l’anatomie 🙂

 

Mon observation est fragmentée en 4 étapes:


 

contours

Premièrement bien observer les lignes qui constituent les contours du modèle. Prendre conscience des subtiles ondulations tout le long du bras. Les lignes droites ça n’existe pas dans la nature, pensez toujours en courbe! Vos dessins seront plus naturels 🙂

 

espaces negatifs

Secondement, percevoir les espaces négatifs. Pour certaines personnes habituées à activer leur cerveau droit, la perception des contours est plus facile lorsque l’on envisage les “vides” comme des volumes. Ici ça aide surtout pour déterminer les dimensions des espaces entre les doigts.

 

ombres et lumières

Troisièmement, noter les zones d’ombres et de lumière. On ne s’occupe pas trop de savoir d’où vient la lumière avant d’avoir noté tous ses impacts sur notre modèle. En orange je vous ai mis les zones éclairées et en mauve les parties ombrées (avec en plus l’ombre portée). Cette étape ne sert pas qu’à déterminer la source de la lumière mais aussi prépare à la suivante qui est celle de la perception des volumes.

 

volumes

Quatrièmement, la perception des volumes! Ici on découpe le bras en module qui servent à donner une idée de la tridimensionnalité du modèle. Où sont les creux? Y-a-t-il des vallonnements? Carrément! La paume est fait d’une série de bosses subtiles qu’une observation trop hâtive ne saurait déceler 😉

 

Et et et… Cinquièmement! Les relations!

relations

On va utiliser une technique qui m’est chère ainsi qu’à Betty Edward, c’est-à-dire que vous allez mettre en évidence les relations entres les différentes parties de la main en ajoutant une série d’axes.

J’ai volontairement mis cette étape en dernier parce que pour moi elle fait la charnière entre l’observation et les premières lignes posées sur le papier. En gros, je vais d’abord noter mentalement les relations (les traits oranges au cas où vous ne les auriez pas vu ;)) entre toutes ces parties et les représenter sur ma feuille de dessin.

 

 

Ok on peut dessiner mais si l’avant bras est en perspective?

Evidemment si comme sur le modèle le bras est en légère perspective, l’avant-bras qui se trouve au premier plan sera un peu plus long. La main paraitra un peu plus petite à cause de sa distance. Mais enfin il est possible de se débrouiller même si on n’y connait rien en proportion.

 

Mesurez les rapports entre les parties de la main avec les axes (les phalanges des doigts et tout) et définissez la paume de manière très schématique.

Pour l’alignement des phalanges c’est un peu délicat puisque vous devrez tracer des courbes et non des lignes droites. La précision de ces lignes dépendra de votre acuité visuelle.

Pour les contours de l’avant-bras, j’ai placé deux lignes droites qui convergent légèrement vers le poignet (comme pour le schéma du dessus).

N’oubliez pas de mesurer l’avant-bras en prenant comme unité la longueur de la main (bout du majeur jusqu’au poignet). Sur mon dessin je suis arrivé à 1 main et demi (poignet jusqu’au coude).

 

dessiner une main 1 rapport avant bras
dessiner une main 1

 

Une fois la structure bien mise en place on peut y tracer le contour de la main à l’intérieur. Notez que la paume forme une léger creux et un vallonnement à la base du pouce que je suggère avec quelques lignes de surfaces. Notez aussi le petit raccourci entre la base et la première phalange du pouce.

dessiner une main 2

 

Maintenant on va ajouter les ombres et en profiter pour mettre en volume le bras (qui il faut l’avouer semble un peu plat sur la photo). Donc là aussi une succession de lignes de surfaces qui épousent le galbe du bras (imaginez que vous dessinez sur un cylindre).

Pour les tendons sous le poignet c’est un peu spécial, il faut pouvoir les suggérer sans trop alourdir les traits. Pour ça, faites des hachures entre les deux mais ne détourez pas les tendons. Les contours doivent apparaitre grâce  à la juxtaposition de la trame (voyez la dernière vignette de ce tuto).

dessiner une main 4

 

Au niveau de la paume, raisonnez en pensant à un quadrilatère en forme de trapèze auquel vous ajoutez un triangle pour la base du pouce.

Vous voyez aussi le détail de la paume qui se creuse par une succession de lignes de surfaces qui se courbent dans un sens puis dans l’autre. Le volume est assez subtil à rendre, insistez sur la naissance des bosses mais en limitant le nombre de vos traits sous peine d’alourdir le dessin.

détail étape 3

 

Ensuite on ajoute les ombres sur les doigts en suivant la forme cylindrique des phalanges (au passage j’ai retravaillé le pouce).

dessiner une main 5

Étape un peu plus simple, vous allez donner un peu de peps aux ombres avec un crayon 4B. Le but est juste d’ajouter quelques tonalités de gris très sombre pour bien faire ressortir les formes et non pas de repasser sur tous les traits. Ici par exemple j’ai plus insisté sur les ombres du contour gauche de l’avant-bras puisque la lumière vient de la droite.

dessiner une main 6

 

Voilà quelques uns des détails sur lesquels j’ai porté mon attention pendant le dessin.

Les raccourcis des phalanges des doigts doivent donner l’impression d’une forme cylindrique repliée.

Vous pouvez voir le raccourci à la base du pouce (dont je vous ai parlé un peu plus haut dans l’article).

Sur le tranchant de la main (ça me rappel les entrainements de karate une main dans cette position) le contour est irrégulier et son galbe est suggéré par quelques courbes courtes. Le fait d’arrêter les lignes à mi-chemin du contour donne l’impression d’un impact de lumière (ça tombe bien, l’éclairage se trouve sur cette zone :))

 

détail étape 6

 

 

Alors toujours complexé de ne pas être un spécialiste de l’anatomie? 😉

 

crédits FlickR : Cayusa, qwghlm

Sources : OKABAYASHI Kensuke, Dessiner des personnages pour les nuls, Paris, First edition, 2010

EDWARDS Betty, Dessiner grâce au cerveau droit, Sprimont, Mardaga, 2004

{lang: 'fr'}


10 Comments

  1. Formidable, merci !!!!!!

  2. Génial cet article sur l’avant bras. cela ma aider car cette partie du corps est toujours celle qui me fait le plus défaut j’ai toujours un bras un peu louche avec une main qui ne colle pas du tout avec lol merci !

  3. Merci pour vos retours 🙂 Ok un peu de connaissance anatomique ça ne fait pas de mal c’est bien ce que je pensais 😉
    En savoir beaucoup sur le sujet c’est surtout pour les personnes qui veulent dessiner d’imagination (ce qui n’est pas mon point fort personnellement).

  4. waoh? je pense qu’il est nécessaire d’avoir un minimum de connaissance sur l’anatomie pour mieux constituer les différentes parties du corps c’est complétement démystifier. trop fort Roy j’aime oh comme j’ai aimé cet article particulièrement merci

  5. Mais quel talent !
    Merci, je suis très jeune et ces explications simples et claires m’aident beaucoup. Bravo Roy !

  6. Merci pour ce tuto, il est très clair et très facile à suivre, maintenant il ne me reste qu’à le mettre en application !

  7. Bonjour, je viens également de tomber sur votre blog. Article très instructif ! A l’heure actuelle, je galère pas mal à faire des mains qui ressemblent à quelque chose (parfois, ça ressemble à rien du tout, c’est presque décourageant)…

    Merci pour le tuto en tout cas 🙂

  8. Bonjour,

    Je suis nouvelle dans ton blog, mais j’ai beaucoup aimé ton article. En fait, je reconnais que je ne connais pas grand chose à l’anatomie, mais je m’en sors plutot bien quand même.Tout passe par l’observation. Ton article m’a bien aidé. 🙂
    Merci beaucoup, j’attends impatiement ton prochain article

  9. Hello Roy,
    Superbe approche pour démystifier le dessin du corps humain!
    En parfaite cohésion avec le livre “dessiner grâce au cerveau droit”(que je croyais avoir perdu et retrouvé par bonheur dans un carton!)
    La connaissance ne remplacera pas l’observation et le ressenti… et c’est là que l’âme de l’artiste prend la main sur le scientifique! C’est la même chose avec les outils informatiques. On peut tout connaitre de photoshop mais ne rien savoir en faire, par contre un esprit créatif va tirer parti de ce superbe outil même s’il n’en connait pas toutes les fonctions!
    J’aime beaucoup ton regard sur ce que tu fais car tu permets à l’étudiant de comprendre ton observation et de se placer là où tu es, non seulement au niveau de l’oeil, mais aussi au niveau du cerveau et du coeur. Les émotions et les sentiments ont une importance capitale dans l’observation, d’autant que les physicien quantiques ont démontré que l’observateur peut changer ce qu’il voit par sa manière de le regarder! Sans doute y-a-t-il là une explication scientifique d’un tableau de Van Gogh,d’une sculpture de Giacometti ou d’un portrait de Picasso. En tous cas, voilà de quoi rassurer tous les créatifs qui doutent de leurs capacités: dessiner sans attendre de savoir car c’est en dessinant que l’on saura un jour si l’on sait dessiner et tes conseils sont pertinents et précieux.
    Merci Roy!

  10. bonjour,
    je pense qu’il est nécessaire d’avoir un minimum de connaissance sur l’anatomie notamment pour comprendre les articulations entre différentes parties du corps. Merci pour ce pas à pas intéressant. je ne me suis pas inscrit à tes cours car je dois faire un périple en mer de plusieurs semaine mais soit tranquille j’emmène un carnet de 300 pages et de quoi dessiner!!
    merci pour ton intense production!!!
    jean-loup

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *