seprator

Dessiner les bras tendus (Ghost Dog partie 3)

seprator
19April 2014
blog_shape

clip_image002

Si vous souhaitez que votre dessin donne une impression de cohérence et de maitrise, il vous faudra chercher à aller plus loin que le modèle que vous voyez. C’est-à-dire ne pas vous contenter de reproduire ce l’image mais de l’analyser jusqu’à l’os si possible.

Dans cet article je vais vous donner une astuce pour déterminez les repères osseux pour les clavicules, la manière de dessiner les bras tendus vers l’avant avec raccourcis et quelques conseils d’anatomie.

Comme le modèle est de face avec les bras tendus, si vous ne faites pas cette petite étude préalable avant de vous lancer dans les détails, vous n’arriverez pas à créer la sensation que cette partie du corps “avance”.


Ghost-Dog-la-voie-du-samourai-affiche-7670.jpg
L’étude vous permettra d’éviter un autre écueil que j’ai expérimenté dans mes débuts de dessinateur, celui de représenter des mains décalées par rapport au bras. Résultat : on ne comprenait pas bien comment était accrochées ces dernières.

Toutes ces petites fautes accumulées feront qu’il ne se dégagera pas d’impression de puissance ni de cohérence dans la posture du modèle.

 

 

Il y a plusieurs postures de bras dans le modèle cependant la seule qui soit nette est celle du centre. Comme dit dans l’article précédent, il vaut mieux se concentrer sur les éléments qui se trouvent sur les côtés du triangle de composition.

À gauche nous avons des mains disjointes aux lignes très évasives et à droite nous avons deux mains qui tiennent un sabre vu de profil.

 

clip_image002

clip_image004

clip_image006

 

 

Positionner les épaules avec une astuce toute simple

Autre détail qui a son importance, la position des épaules.

Il y a quelques années encore je ne me préoccupais pas vraiment des repères osseux du corps. Vous êtes peut être dans le même cas que moi. Je me concentrais surtout sur ce qui était le plus visible au premier abord dans un dessin.

Une fois que j’ai commencé à m’intéresser à l’ossature de mes modèles, mes dessins sont devenus cohérents. Je n’avais plus l’impression d’évoluer dans le brouillard.

 

 

 

Si vous souhaitez déterminez la position des épaules il vous faut trouver la position des clavicules (ce qui n’est pas facile avec ce sweat épais)

 

La première chose à faire est de déterminer la jointure des clavicules sous le cou.

Déterminez dans un premier temps un point sous le menton.

Prenez ensuite comme unité de mesure la largeur de la tête du personnage.

Reportez cette unité à gauche et à droite du point que vous venez de tracer.

Inclinez légèrement ces droites vers le haut (d’1 degré ou 2)

Si vous reportez cette mesure également vers le bas, vous allez tomber directement sur l’extrémité du sternum.

 

 

 

Si vous vous sentez à l’aise avec l’anatomie vous pouvez ensuite dessiner les bras comme si le personnage était torse nu. Cela vous donnera de meilleurs repères pour dessiner le sweat par-dessus ensuite.

Si vous n’êtes pas sur de vous, vous pouvez dessiner le sweat comme si il était disposé sur un cylindre. L’important est de garder en tête qu’il y a une forme solide sous le tissu.

Le secret pour savoir si un vêtement est bien dessiné, est qu’il doit donner l’impression qu’un corps se trouve en-dessous.

clip_image008

 

 

 

 

Une des choses que je fais après avoir tracé mon esquisse est de chercher à construire les bras en détaillant les muscles et les articulations.

Si vous me suivez depuis l’année dernière, vous vous rappelez probablement mon dessin de Bronson.

Dans un article j’avais insisté sur l’avant bras et le groupe de muscles qui se trouve proche de la face intérieure du coude.

 

clip_image010

Ce muscle augmente de diamètre lorsque le bras est replié mais est toujours visible et prend la forme d’une bosse allongée lorsque le bras est tendu.

clip_image012

L’avant bras est la partie du corps qui regroupe le plus de muscles différents.

On peut les simplifier ainsi (illustration ci-dessous).

clip_image014

N’oubliez pas que les muscles sont déformés par la perspective (notamment sur le bras gauche).

clip_image016

Pour les dessiner on fait quelques lignes de surfaces pour en suggérer le galbe. Le plus simple, c’est de remplacer le détourage en lignes droites (illus de gauche) par des lignes successives (illus de droite). Ça permet d’avoir un dessin moins lourd.

clip_image014[1]
clip_image018

Placer les poignets de cette manière

Une dernière petite chose qui a son importance : les poignets. Même si on ne les voit pas il faut s’en préoccuper parce que sinon il y peut y avoir un décalage entre la main et l’avant bras. Il faut que l’on sente que l’accroche soit correctement faite et cela passe par une bonne position du poignet.

Si l’on a l’impression que la main n’est pas dans la continuité du bras, la gestalt ne fonctionne pas et le dessin n’est pas cohérent.

J’aime bien positionner rapidement les poignets et en les représentants sous formes de boules entre l’avant bras et la main.

Essayez de faire en sorte que les sphères soient de la même taille pour les deux mains.

clip_image020
clip_image022

Une fois que vous avez situé les poignets de cette manière, vous pouvez dessiner les mains sans craindre que celles-ci ne semblent pas accrochées à l’avant-bras.

 

Voilà pour ce nouvel article sur la position des bras.

La prochaine fois nous allons nous attaquer au dessin des mains, vous allez voir comment donner l’impression de superposition des mains et que celles-ci “tiennent” le sabre avec vigueur.

Pour recevoir le guide regroupant tous les articles de ce tuto, remplissez un des formulaires du site. Vous aurez aussi accès aux livres déjà publiés (8 au total).

{lang: 'fr'}


Laisser un commentaire

shape
©Roy Pallas - 2011-2015 Tous droits réservés
↓