Quelques idées sur les montages “photo-dessin” de Sebastien Del Grosso

Posted by in Non classé, Réflexion | 6 comments

Dans cet article je vais partager avec vous les réalisations qui mêlent dessin et photo d’un artiste que j’apprécie énormément. Vous savez de temps à autre, il y a des productions artistiques qui vous inspirent des réflexions. Peut-être que cela vous est arrivé en visitant les musés, personnellement cela fait depuis mes années à l’université que je n’ai pas eu l’envie de décortiquer une oeuvre.


En sentant les idées venir en nombre à mesure que je regardais le travail de Sébastien Del Grosso, je me suis dit qu’il fallait que je mette ça sur papier.

Dans la foulée pourquoi ne pas faire découvrir à mes lecteurs cet artiste qui mixe photo et dessin ? Ce n’est pas un article comme ceux qui vous avez l’habitude de lire sur le blog mais j’espère qu’il va vous donner envie d’en savoir plus sur le travail de l’artiste.

Comment j’ai découvert Sébastien ?

En me baladant sur la toile, je recherchais des images de dessin et je suis tombé sur des photographies étranges d’un homme tenant une feuille de papier de laquelle sortait une main. Au premier regard, cela ressemblait à de la peinture très réaliste. Quelques traits de crayons étaient visibles et des espaces blancs disposés énergiquement sur l’image. Je ne savais pas si cela était de la peinture, du dessin, mais en regardant de plus prêt (donc en cliquant sur “afficher l’image”) j’ai vu qu’il s’agissait d’un montage entre un dessin et une photo.

 

Sébastien Del Grosso l’auteur de ces œuvres explore le genre de l’autoportrait. l’artiste créateur de sa propre image en se dessinant qu’il soit seul à le faire ou plusieurs (ce qui rappel le célèbre dessin de Escher une main dessinant une main qui dessine la première). Dans les premières photos on en revient toujours à l’artiste (celui qui a fait) le schéma est ici celui de la boucle (je dessine l’objet qui me dessine).

dessin

Dans ce schéma de dessin, il est impossible d’être à la fois l’artiste et le modèle en même temps.

L’autoportrait c’est une tentative de dédoublement, premièrement parce que l’on recréé sa propre image mais également parce que durant l’exécution on est le modèle et celui qui le dessine. Cependant, on est l’un après l’autre mais jamais les deux en même temps.

On alterne les rôles comme le montre une photo de l’artiste tenant deux feuilles de papiers avec deux expressions différentes.

 

[ArtistHeading fontstyle=”H3″ title=”La solution : créer son double pour rompre la boucle de l’autoportrait”]

C’est par morceaux que le double est progressivement introduit dans les images. Il émerge de la feuille de papier en sortant le bras ou le visage. Il n’est pas très amical il étrangle, griffe et frappe l’artiste, lui crie dessus dans la plupart des clichés. Il y a un exception pour dans une image où il lui tient la cigarette (il cherche à tuer son créateur à petit feu ?).dessindessin

Une fois le double entièrement présent, son animosité semble avoir disparu. L’artiste utilise son double et peut choisir de devenir modèle ou créateur. Il n’est plus dans un schéma de création qui l’oblige à alterner les deux rôles.

dessin

[ArtistHeading fontstyle=”H3″ title=”Vers les doubles (avatars) des réseaux sociaux”]

 

À chaque fois que l’on se créé un profil sur un réseau social on créé un avatar, un double de nous-même dont le profil ne reflète qu’une fraction de notre personnalité, des événements de notre vie (un profil pour les amis, un autre pour le travail, un sur facebook, un sur twitter). Chaque profil créé nous morcelle sur la toile.

On se retrouve à jongler entre plusieurs profils. Une photographie montre l’artiste au visage effacé et remplacé par des lignes de repère très courantes en dessin. Sans expression, il semble observé par ce qu’il voit. Les logos qui l’entoure comme des bulles de dialoguent de bande-dessinée donnent un indice sur les sites qu’il visite sur sa tablette.dessin

Alors que dans les premières réalisations de Sébastien , le portrait était le plus important, dans ses nouvelles créations le visage disparaît. Dans une de ses premières œuvres, Sébastien se cache le visage avec une feuille sur laquelle est dessiné le contour de son visage sans yeux comme un masque. Dans ses réalisations plus récentes son visage est littéralement effacé et par conséquent devient impersonnel.

Le masque de papier qu’il pose en face de son visage cachant ainsi toute expression est devenu permanent.

dessin

dessin

Quelque chose se passe depuis l’avènement des réseaux sociaux. Chaque personne peut mettre en scène sa propre vie en prenant comme spectateur son réseau “d’amis”.

Je pense que ce qui nous “vide” peu à peu sur les réseaux sociaux est que ce sont les autres personnes qui construisent notre portrait. Ils peuvent nous identifier sur des photos, partager des vidéos sur notre mur, écrire des commentaires etc. Cela contribue peu à peu à rendre l’avatar plus consistant mais on reste toujours sur un fragment qui est loin de nous représenter entièrement en tant que personne. Une réalisation illustre très bien cette idée (ci-dessous) où un groupe de copie recréé l’artiste alors que celui-ci, crayon en main est dans une position trop inconfortable pour dessiner.dessin

Les gens enrichissent notre avatar sur les réseaux mais contribuent à grossir “l’effet de solitude”*. On est à la fois connecté aux autres mais on ne sent pas proche de toutes les personnes de notre liste d’amis.

Ce masque blanc, qui est maintenant le nouveau visage de l’artiste, est-il un symbole de la solitude ? Ou es fantasment d’une personne observant la vie exhibée par d’autres sur les réseaux sociaux ?

Le visage impersonnel symbole de l’effacement de l’artiste par son oeuvre?

“Oui” d’une part car la majorité des personnes qui auront vu les œuvres de Sébastien vont partager sur les réseaux mais ne vont pas faire l’effort d’aller rechercher l’artiste où de s’intéresser à sa biographie.

“Non” car si l’on prend le temps de rechercher un peu sur internet on trouve facilement des signes de sa présence sur la toile (des commentaires sur sa page facebook où il répond fréquemment, des coopérations avec d’autres artistes tel que Ben Heine ainsi que des interviews).

Beaucoup de questions mais ce qui est certain est que la boucle qui servait de schéma de création dans les premières photographies s’est ouverte et que l’artiste continue une introspection mêlée de références à des domaines qu’il apprécie (je devine que la bande-dessinée en fait partie).

 

Voilà pour ma petite réflexion sur le travail de Sébastien, je suis loin d’avoir couvert toutes les facettes de son oeuvre il y a tellement à dire mais si vous souhaitez en savoir plus et voir d’autres images, vous pouvez visiter son portefolio de photos sur 1X (si vous aimez la photo autant que le dessin, vous apprécierez ses réalisations).

 

*Sebastien Dupont  Psychologue , cité par Julia Tissier dans son article “POURQUOI FACEBOOK ET INSTAGRAM FONT-ILS DE NOUS DES LOSERS?”
Toutes les photos sont l’oeuvre et la propriété de Sebastien Del Grosso. L’artiste peut demander à tout moment le retrait de ses images.
{lang: 'fr'}


6 Comments

  1. Merci encore une fois pour ce compliment Julien 🙂 Il y a tellement à dire sur le travail de Sébastien, je vais devoir réécrire d'autres articles !

  2. Rien à ajouter de plus futé. Juste mes plus sincères félicitations pour ce travail analyse des plus pertinents.

  3. Merci d'avoir pris le temps de (nous) laisser ce gentil message Nadine 🙂 Je pense que Sébastien appréciera également de te lire !

  4. Bonjour,
    je tenais à vous féliciter tous les deux : toi pour tes nombreux conseils et ta passion du dessin que tu sais si bien nous faire partager…. et Sébastien del Grosso, c'est en surfant sur internet que j'ai vu également ce que faisait cet artiste et c'est tout simplement fabuleux et original. J'ai juste à lui dire BRAVO !
    et Bravo et merci à toi aussi !

  5. Bonjour,
    J’aime beaucoup le mélange qu’il fait du dessin et de la photo. Merci pour l’analyse qui est très intéressante et qui donne l’envie de le suivre et d’en savoir plus .

    • Merci pour ton commentaire Thérèse ! Cela m’a pris une matinée à rédiger mais je suis assez content du résultat ! Merci à Sébastien pour ses oeuvres qui m’ont fourni le support à cet article !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *