seprator

Test du feutre Faber-Castell Ecco Pigment

seprator
16November 2016
blog_shape


Transcription texte du test Faber-Castell Ecco pigment et Copic

Installé dans un café, j’ai eu l’idée de vous présenter 2 feutres que j’utilise actuellement pour les croquis. Il s’agit du Faber Castell Ecco Pigment et du Copic multiliner, tous les deux sont en pointe 0.3 mm.

La tenue du Faber Castell est très agréable avec la zone de grippe. Le Copic est plus lourd mais a également une bonne tenue en position écriture.

Tous les deux ont une longue pointe baguée métallique pour le dessin à la règle ou au pochoir.

Bien que de 0.3 mm tous deux, la pointe du Faber-Castell est plus épaisse et pointue. C’est un détail mais ça va faire une grosse différence comme vous allez le voir.

illustration montrant le feutre Faber-Castell Ecco pigment
Juste après un croquis, j’ai l’idée de faire un petit test entre deux des feutres que j’ai utilisé.

Pour ce test je vais dessiner sur des feuilles Canson de type Kraft A4 de 90gm2, et utiliser ma tasse vide comme modèle.

J’ai l’habitude de commencer avec des traits légers pour l’esquisse en tenant l’outil à 45 degrés.
J’ai eu un peu de mal à faire une ellipse régulière.
Repasser sur la même ligne n’est pas toujours simple, si on va trop vite il arrive de tracer des lignes à côté comme à la base du mug.
Par contre avec plus de lenteur ça devient possible et on obtient des lignes épaisses et noires.

Illustration du feutre en position ecriture pour la phase esquisse
La tenue est agréable en position d’écriture.

Avec le Copic on peut avoir des lignes très fines. Souvenez-vous de ce que j’ai dit, sa pointe est plus étroite que celle du Faber-Castell.

Dans la phase de retouche, je sens le Copic plus précis que le Faber-Castell.

Après cette partie le Faber-Castell créé des lignes à l’épaisseur variable en tenue à 45 degrés alors que les traits du Copic ont une largeur plus constante.

Dans la phase de hachure, je sens des difficultés à créer des espaces régulierds entres les traits. J’ai la sensation que le moindre tremblement de la main est non seulement reproduit mais aussi amplifié.

Ce que je ne ressent pas avec le Copic qui donne l’impression de laisser plus de marge à l’erreur.
Dans les lignes verticales et diagonales le FC reste tout de même régulier dans les espaces que le Copic. Dans ce dernier feutre les lignes sont plus nuancées, fines au milieu et épaisses aux extrémités.

Illustration des deux feutres dont le Faber-Castell que je test dans cet article
Les deux feutres ont une pointe 0.3 mm mais celle-ci n’est pas semblable et donne des avantages et des inconvénients.

Pour la seconde partie du test je remplie mon mug pour les hachures serrées.

Je dessine la surface du liquide en pointillées. Après avoir créé l’ellipse, je dessine la trame et ajoute l’ombre portée avec des zigzag horizontaux.

Même chose pour le Copic.

Là où la pointe large du FC Ecco est un avantage c’est dans les remplissages. L’encre est déposé généreusement sur le papier ce qui permet de remplir rapidement la surface.
Le Copic vous demandera plus d’efforts pour obtenir des aplats. Il vous faudra revenir sur votre dessin une seconde fois et il restera encore des points blancs.

Avec les hachures croisées, vous voyez que le résultat du feutre Faber-Castell est plus compact que le Copic.

Une illustration montrant la planche des dessins fait avec le feutre Faber Castell
Voici la planche du test pour les illustrations au Faber-Castell

En conclusion pour le feutre Faber-Castell

L’épaisseur du trait du FC varie beaucoup de la phase d’esquisse en tenant le feutre à 45 degrés alors que le C est plus uniforme.
L’espacement est plus régulier dans les verticales et moins dans les diagonales et inversement pour le Copic.
Le noir est intense chez Faber-Castell et rempli rapidement une surface alors que des points blancs subsistent dans les hachures serrées en utilisant le Copic (et ce même après deux passages).

Les 2 feutres sont précis mais le FC permet plus de variété dans l’épaisseur du trait. Même si le Faber-Castell est avantageux parce qu’il rempli rapidement, j’ai la sensation en dessinant que cette sensibilité de l’outil reproduit le moindre vacillement de la main et l’amplifie sur le papier.

À utiliser à vitesse modérée pour être précis. Une solution possible est d’essayer une pointe 0.2 ou 0.1.

Si tu souhaites apprendre à réaliser des croquis au crayon et non au feutre, tu peux recevoir les guides à télécharger gratuitement en cliquant sur l’image ci-dessous.

{lang: 'fr'}


    blog_shape
    comma_first
    Les feutres sont très bons, l'important est de choisir celui avec lequel on est à l'aise.
  • Bonsoir Roy
    le format de la vidéo est pas mal surtout pour l’extérieur mais je préfère quand même l’autre format

  • Bonjour Roy;
    Pour ce qui me concerne, j’aime bien cette formule, simple et rapide pour dessiner en extérieur.
    A plus Roy, merci.

  • Bonsoir Roy
    pour ma part je préfére la vidéo sur les rides ,Je trouve que le dessin au feutre ne rends pas comme avec un crayon graphite.
    Bonne soirée

    • Bonjour Raymonde, oui c’est un rendu complètement différent. En fait je parlais du format de vidéo plutôt que de la technique pour dessiner 🙂 Est-ce qu’elles sont aussi didactiques que celle sur les rides ?

  • Laisser un commentaire

    shape
    ©Roy Pallas - 2011-2015 Tous droits réservés
    ↓