Où placer le premier trait ? (défi jour 28)

By Roy Pallas | Chalenge

Transcription texte :

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo  de mon défi de 30 jours. Je suis Roy Pallas, blogueur dessinateur et voyageur. Je suis toujours à Cracovie et pour cette vidéo, je suis là, sur la place principale de Cracovie, donc la place qui est supposée être la plus grande place au monde, alors je pensais que c’était d’Europe, mais non en fait ils disent que c’est la grande place du marché du monde en fait. Mais en tout cas, c’est la plus ancienne. Voilà, et dans cette vidéo, je vais vous expliquer comment avoir moins peur de la page blanche, moins avoir l’angoisse de poser le premier trait et vous allez voir que je vais devoir vous expliquer ça avec une histoire en fait d’un samouraï, avec une technique de samouraï. Je vais vous expliquer comment poser votre premier trait sur votre feuille. Mais avant ça, vous pouvez vous abonner à ma chaîne YouTube pour ne manquer aucune de mes vidéos en cliquant sur le bouton rouge, s’abonner, qui se trouve en bas à droite de l’écran.

Concernant cette astuce, alors déjà, la peur de la page blanche, souvent on pense que c’est la peur de… c’est surtout pour les écrivains qui écrivent des histoires, ceux qui alors en tant qu’étudiant, écrivent des mémoires, font des dissertations. On a toujours la difficulté du premier trait, du premier jet, le premier mot, la première phrase, on a peur de la sortir. Pourquoi ? Parce qu’on sent, on a l’impression qu’il faut qu’elle soit parfaite, cette première phrase, et ce n’est pas le plus important. En fait on a l’impression qu’elle doit être parfaite, parce que c’est la première chose qui va être lu, il n’y a rien avant cette phrase et il y a plein de choses après, donc à la fois, c’est la phrase par laquelle tout débute et en même temps, c’est la phrase la moins isolée du bloc de mot et en même temps, elle engendre en fait plein de, les idées qui vont suivre, donc c’est super important et on se met la pression pour ça.

Et, pour les écrivains et les dessinateurs, j’ai cette astuce-là, qui vient en fait d’un Samouraï. Alors vous allez vous dire que ça n’a rien à voir, mais si, il y a des correspondances. C’est que voilà, je vais vous expliquer déjà, si vous le connaissez pas le livre : Le traité des cinq roues de Miyamoto Musashi…

Miamoto Musachi, c’est le plus célèbre Samouraï du japon et il a écrit un livre pour expliquer ses stratégies de victoire, parce qu’il a été invaincu depuis toute sa carrière, on peut dire, de Samouraï. Et alors, qu’est-ce qu’il faisait dans l’un de ses chapitres, il expliquait qu’il fallait toujours avoir l’ascendant au niveau du rythme, au niveau du combat, et quand il avait des temps morts, par exemple quand son adversaire lui s’attendait sans rien faire, eh bien ce qu’il préconise de faire dans son livre, c’est de faire ce qu’on appelle les éraflures au hasard. C’est-à-dire donner un coup d’épée très rapide, très spontané sans idée, sans rien, juste de donner son coup d’épée et de cette manière, il conserve l’avantage. Il conserve l’ascendant par ce qu’il a toujours la maîtrise du rythme, c’est lui qui prend possession des moments de pause. Donc voilà, comme ça, il a l’ascendant.

Et pour le dessin, lorsque j’avais moi aussi la peur de la page blanche, eh bien je me suis rappeler de cette technique-là et je me suis dit, pourquoi ne pas l’appliquer sur une feuille blanche, finalement et de faire une éraflure au hasard. Voilà, ça permet de ne plus avoir une feuille blanche. À partir de ce trait que vous avez, il peut être fidèle à ce que vous voyez, ou alors pas du tout, mais l’idée c’est d’avoir un trait qui est posé sur la page. À partir de ce trait, vous allez vous dire, ah bien ce trait-là par rapport à ce que je veux faire, c’est plus ou moins bon et vous avez déjà un élément de comparaison et vous pouvez réajuster le tire pour les traits qui s’en suivront. Juste une précision, le trait assez fin, ne le gravez pas sur le papier, n’appuyez pas trop fort, sinon, ce sera un petit peu difficile de le masquer ensuite et du coup, ça ruinera un petit peu votre dessin, quoi qu’on peut toujours revenir par-dessus et puis peut-être le retravailler mais juste pour vous lancer dans l’activité, pensez à faire cette petite éraflure au hasard dans vos dessins, surtout si vous faites du dessin rapide. Pour éviter de trop réfléchir, faites quelques exercices d’échauffement comme je le préconise dans une vidéo que j’ai publiée précédemment et ensuite, faites votre éraflure au hasard et puis commencez à dessiner. Voilà, au moins vous n’aurez plus la page blanche et vous pourrez vous lancer.

Donc voilà, c’était ma  technique de dessinateur samouraï pour cette vidéo de mon défi de 30 jours donc…

 

Si vous souhaitez éviter l’angoisse du premier trait et réaliser des croquis spontanés, je vous invite à télécharger gratuitement mes guides en cliquant sur le lien ci-dessous.

{lang: 'fr'}
Follow

About the Author

Après 5 années d'études pour devenir professeur d'arts plastiques en lycée, j'ai finalement choisi de me lancer dans l'aventure de l'entrepreunariat. Aujourd'hui j'ai la chance de vivre de mon art mais surtout je suis libre de continuer à apprendre et de pouvoir enseigner ce qui me passionne dans le dessin !