Interview de Jérôme le dessinateur qui croque la vie !

By Roy Pallas | Non classé

Voir le site de Jérôme : www.dessinercroquer.com

R : Alors bonjour, ici Roy Pallas du blog le dessin et aujourd’hui, je suis avec Jérôme, alors Jérôme qui est un autre dessinateur que vous connaissez peut-être sur internet si vous allez visiter un petit peu les sites qui sont les sites français de dessin. Alors voilà, moi je l’interview aujourd’hui, donc bonjour Jérôme.

J : Bonjour, bonjour Roy, bonjour à tous.

R : Alors, Jérôme est-ce que tu peux nous dire un petit peu, nous expliquer un peu ton parcours, comment tu es arrivé à créer ce site ? D’où tu es parti en fait du dessin, de tes débuts et comment tu es arrivé à faire ce site-là sur internet ?

J : Bien, c’est une longue histoire…

R : Oui, c’est une longue histoire.

J : Bon en fait, j’ai toujours été passionné par le dessin depuis tout petit, mon expression culturelle était mon essence, mon moyen de communication et donc, pendant longtemps, j’ai beaucoup dessiné et très j’ai très peu parlé en fait. Et donc, petit à petit j’ai fait beaucoup de progrès évidemment, puisque comme on progresse en parlé, on progresse aussi en dessin, et ça m’a incité finalement à partager tout ça, partager en me rendant que les autres autour de moi étaient presque envieux d’avoir cette capacité de pouvoir m’exprimer en dessinant et donc c’est resté en état d’attente pendant pas mal d’ années et j’ai fait comme tout le monde et récemment il y a trois, quatre ans de ça, j’ai trouvé une solution pour partager ma passion, le dessin et la peinture et donc c’était le site, dessinercroquerlavie qui a été cette idée-là de démarrage et qui perdure, qui continue et que j’essaie d’animer le plus possible.

R : Oui, ce n’est pas toujours évident, c’est du gros travail, ça.

J : C’est du gros travail effectivement, en ce moment ce n’est pas ma priorité donc j’ai déjà donné beaucoup de choses, je réponds encore aux questions que les artistes en herbe et les autres me posent ponctuellement de temps en temps, j’essaie toujours d’être actif à répondre aux questions des gens et puis de temps en temps aussi, je sors encore des articles, pour donner un peu plus et préciser un peu plus mon regard sur l’avenir.

R : D’accord. Et du coup, est-ce que tu as une, tu fais aussi de la peinture, pas que du dessin ?

J : Oui, effectivement, je peins, je peins, je suis artiste-peintre, je fais de la sculpture, du modelage.

R : D’accord.

J : Tout ce que je touche, je suis assez créatif, tout ce que je touche j’ai envie de créer avec donc, c’est juste une énergie créatrice, comme je peux l’expliquer avec les mots, comme je l’explique sur le site. C’est une énergie créatrice qui pousse à créer avec tout ce qu’on touche en fait finalement. Alors, ce n’est pas uniquement le crayon, ça peut être la peinture, ça peut être le modelage, la terre pour le modelage, ça peut être le bois, la pierre et tout ça. Ça peut être les déchets d’entreprise pour un projet que j’ai fait, je te parle de déchet d’entreprise parce que j’ai participé à un projet qui était de créer avec des déchets d’entreprise une œuvre d’art et cette œuvre d’art était vendue aux enchères au profit de la recherche médicale, donc ce projet-là finalement incite à booster notre activité, on a recherché d’autres matières en les assemblant ça a quand même donné quelque chose d’assez magique et de beau.

R : D’accord, tu fais aussi de la sculpture, mais vraiment pas au sens traditionnel, mais juste avec des matériaux comme l’argile par exemple, c’est un mythe ou tu peux vraiment t’adapter aux matériaux que tu as entre les mains et essayer de les manipuler quoi.

J : Voilà, c’est ce qui m’anime vraiment, c’est ce qui me motive dans les créations au fait, découvrir les matériaux et essayer de créer quelque chose avec, qu’il soit, pour lequel je serai satisfait finalement.

R : D’accord.

J : On n’est pas vraiment satisfait de son travail, mais au moins pour lequel j’ai un engouement en particulier.

R : D’accord, tu t’adaptes facilement aux supports, voilà, tu essaies en tout cas.

J : J’essaie.

R : Et en parlant de s’adapter, enfin, d’essayer de s’approprier en matériel ou en technique, est-ce que tu as, est-ce que tu te souviens du, si tu as eu des difficultés pour, lorsque tu devais apprendre à dessiner ou peindre, des difficultés particulières que tu aurais eu à surmonter peut-être.

J : Alors, oui on a toujours eu des difficultés à surmonter, en réalité, c’est comme, c’est un petit peu comme dans la vie où on a toujours des petites difficultés et ces difficultés vont conduire à réfléchir à se reprendre à les contourner, mais souvent à l’élaborer, à transformer finalement, à l’écraser comme un bulldozer quoi. Et donc, ces petites difficultés, j’ai beau chercher comme ça, il y en a forcément eu du coup l’ennui c’est que ça fait clairement longtemps que j’ai commencé et que je ne saurais pas qu’il y a une note précise en me disant, oui ça peut toucher les gens qui me regardent, il faudrait juste me poser la question.

R : Si tu aurais, juste que tu connais…

J : Si je connais, enfin, je ne sais pas. Moi, j’ai, il y a des gens qui me posaient la question sur dessiner les pieds et les mains, c’est pour ça que j’ai fait, j’ai proposé ça sur mon site.

R : D’accord.

 

J : Mais j’estime que dans toute, tout sujet, tout modèle si tu veux, il faut schématiser, donc vraiment on schématise, on simplifie le geste, on simplifie les choses et donc petit à petit, on peut donner la précision et amener justement la qualité finalement qu’on souhaite avoir quand on dessine.

R : D’accord vraiment on prend l’essentiel, on revient à l’essentiel de la forme…

J : Voilà, on y arrive toujours en schématisant, on y arrive toujours.

R : Et d’accord, et ensuite, ça permet de mieux mieux retranscrire le motif sur la feuille pour le travailler ensuite. D’accord.

J : J’ai un exemple particulier pour l’œil par exemple sur mon site. Dessiner, comment apprendre à dessiner un œil réaliste où je pars d’une base schématisée, petit à petit j’avance pour amener cet œil-là.

R : Oui, c’est proche de la sculpture en ce moment-là.

J : Oui, je travaille beaucoup de la 3D aussi, beaucoup. C’est mon métier aussi, je suis dessinateur-projeteur, je suis artiste dessinateur-projeteur, donc je fais beaucoup de dessin en 3D avec un logiciel en particulier qui se réduit à ça et donc tout ça, c’est mon univers. Du coup on a la sculpture qui est facile en 3D, facile en physique, en poterie, en bois, avec autres outils, enfin, tout ça c’est simple. C’est pour ça que j’essaie de transmettre ma facilité à l’intervention de ces modèles-là.

R : D’accord, tu peux nous décrire un peu le métier de dessinateur-projeteur ? Je pense que comme moi, ça reste, c’est un peu flou pour la plus part des gens.

J : Pour beaucoup, oui.

R : Effectivement.

J : Parce que ce n’est pas l’essentiel, on va, je n’ai pas envie d’en parler plus longtemps. Mais en tout cas, c’est, un dessinateur projeteur, c’est travailler sur un projet, projeteur, c’est projet.

R : D’accord.

J : Ce n’est pas, projection.

R : D’accord

J : Souvent on fait une erreur, c’est un projet donc on suit les projets donc là en occurrence je suis le projet de dessin de cuisine et de salle de bain pour les bâtiments des promoteurs immobiliers qui sont dans ma région, je travaille. Donc du coup, si tu veux, l’idée c’est de prendre du début à la fin un projet de création dans ces logements-là et de le chiffrer, de le dessiner, de dessiner le produit et de le chiffrer de la manière, bien, jusqu’au, voilà.

R : D’accord.

J : Et ça me reste un petit peu de temps pour peindre et dessiner un côté parce que c’est vraiment une activité qui m’anime et qui me plaît quoi, et donc de partager avec les gens qui y sont passionnés par exemple aussi, dont toi, vous voyez ?

R : Ok, et alors là je pose une question beaucoup moins terre-à-terre pour toi, est-ce que le, si tu pouvais donner une définition de l’art, qu’est-ce que ce serait ?

J : Alors, aujourd’hui, on est tous artistes, on est artiste dans nos vies, on est artiste dans l’air, mais on n’est pas tous créatifs, mais on est tous artistes et donc, l’art pour moi, c’est avant tout ce qui nous anime. Ça peut être représenté par le dessin, ça peut être représenté par la peinture, ça peut être représenté par le chant, par la musique, par plein de choses, mais c’est avant tout ce qui nous anime et ce qui fait que les gens nous reconnaissent en fait. L’art, ça peut être l’art de vivre, ça peut être l’art de dessiner, l’art c’est un terme générique en fait pour montrer la personnalité des gens.

R : D’accord, qui fait vraiment ressortir la singularité de quelqu’un et que cette personne-là, ce n’est pas une autre, parce qu’il a quelque chose de profond et d’essentiel que, voilà qu’elle sait montrer et qu’une autre ne pourrait pas. Moi, c’est ce que je comprends en fait. Oui ok. Du coup, tu dis que tu adores plus le travail de dessinateur projeteur et tu as le temps de pratiquer la peinture, le dessin et…

J : Oui, je suis cerné.

R : On y vient au cerne, du coup, combien de temps ça te laisse pour dessiner ? Combien de temps tu arrives à pratiquer l’art chaque jour aux dépens de quelques heures de sommeil ?

J : En fait, je ne sais pas. Parce qu’en fait, tu dois le savoir autant que moi dès qu’on se penche sur la peinture, sur le dessin, quand on est animé, quand on est passionné, rien ne coûte quelque chose, on se jette dedans corps et âme et on ne compte pas le temps. Mais souvent on peut passer une nuit blanche à créer sans s’en rendre compte et juste un moment d’un éveil, un éclat du temps qui nous attire vers la montre et qui nous dit, quelle heure il est, même si je dois y aller demain matin, il va falloir que j’aille me coucher.

R : Il va falloir y aller oui.

J : Donc le temps, je ne peux pas te le dire. Je ne peux pas te le dire. Il y en a des théorises qui disent qu’il y a un certain temps pour apprendre à dessiner ou pour peindre ou pour prendre le temps de faire les choses, moi je ne compte pas, je ne compte pas le temps donc je ne sais pas. Je sais qu’on progresse tout le temps, je sais qu’on avance tout le temps. Quand on crée, tout devient différent.

R : C’est vrai, on est ailleurs.

 

J : Aucune notion de temps.

R : Moi, ça me fait, je ne sais pas si tu écoutes de la musique quand tu fais de la peinture, moi il m’est arrivé plusieurs fois de laisser un CD tourné en boucle et ne pas se rendre compte ça tournait en boucle parce que j’étais plongé dans mon dessin et plusieurs fois, mes colocataires sont venus me voir en disant : est-ce que tu peux changer de morceau s’il te plaît ? Parce que, c’est vrai que tu vas t’en moquer parce que ça, je vois exactement ce que tu veux dire. Et sur ton blog, du coup j’ai ta philosophie de l’art qui transparaît beaucoup. Est-ce que tu peux, voilà si tu pouvais donner un petit peu une définition de, alors qu’est-ce que serait l’originalité de ton site par rapport, par exemple, par rapport au mien, par rapport à celui de, alors je ne sais pas, d’autres personnes que j’ai déjà interviewé, Renata, tout ça, voilà.

J : Bon, en fait c’est simple, il dégage un peu de notre personnalité dans le site, parce que…

R : Tu leur donnes une …

J : Je donne tout ce que j’ai. Donc je réfléchis beaucoup à mon expérience et donc mon expérience commerciale. J’ai appris pas mal de choses sur l’être humain, sur les sciences humaines et donc j’essaie de les transposer et les amener à l’apprentissage du dessin. Donc, ça va être beaucoup de psychologie, ça va être une notion de ce qu’on appelle les…

R : Je ne la couperai pas donc tant pis …

J : Ça fait partie des personnalités, des fois je fais…

R : Et voilà.

J : Et donc voilà, ça fait déjà pas mal de choses comme ça que j’essaie de transposer, par rapport à mon vécu et ce que j’ai pu apprendre dans ma vie j’essaie de le transposer à l’apprentissage du dessin et ça fait partie de tout ça. Donc les pieds, les mains, enfin le positionnement des mains et des pieds, on part aussi de notre personnalité et on entre dans notre conscience et en étant capable de cerner le geste en fait, on amène un peu plus de véracité à ce qu’on produit, à ce qu’on crée quand on fait du réaliste, quand on fait de l’art abstrait, c’est différent, on croit que, on va dire toujours que la différence n’est pas si grande que ça, si on regarde bien, le corps humain, il suffit de se centrer sur un cheveu ou un pore de la peau et on est…

R : Donc c’est une question de…

J : Voilà, de point dur…

R : D’accord.

 

J : J’ai répondu à la question ?

R : Oui, la question, tu y as répondu, en fait c’est vraiment ton expérience qui est riche et qui transparaît sur ton site et puis il y a une inclination sur le corps humain et puis une manière de l’approcher qui n’est pas scientifique, presque, mais qui reste créatif, mais détaillée vraiment à la manière très méthodique, voilà.

J : Voilà, et avec beaucoup de monde qui fait partie de mon araigne qui gratte au plafond un petit peu, je le fait partager à tout le monde.

R : Et du coup avec ce blog-là, tu as des projets qui sont en cours à moyen terme ? Peut-être dans…

J : Alors…

R : Ou, tu arriveras à t’y remettre complètement, qu’est-ce que tu prépares ?

J : J’aimerais effectivement, j’aimerais effectivement donner plus de temps, essayer de faire des vidéos, donner des cours par le biais du site qui serait un peu plus animé, un peu intéressant par la démonstration finalement, parce que c’est vrai que quand on est sur un site internet, on est en lecture, moi je propose des images le plus pour détailler le travail, en revanche, il n’y a pas cette notion d’interactivité de vidéo qui pourrait donner un plus, qui donne un plus sur ton site d’ailleurs parce que tu l’utilises depuis longtemps, depuis longtemps que moi, et moi j’ai eu à faire une vidéo ou deux mais c’était juste comme ça pour un évènement particulier.

R : D’accord.

J : Ce n’était pas pour une décoration. Je pense que ça serait une option d’évolution en tout cas.

R : Ok, donc te mettre à la vidéo. C’est vrai que c’est quelque chose qui est apprécié, parce qu’il y a le, au-delà de l’image en fait qui est fixe, on peut la décrire autant qu’on veut avec un texte, mais, la démonstration par le geste, il y a le rythme, il y a le tracé, c’est vrai qu’il y a un apport qui est vraiment, c’est un écart entre l’image et une vidéo. Alors, je ne sais plus celui qui disait ça, mais l’image, si, l’image c’est la vérité, la vidéo, c’est 24 vérités par seconde ou quelque chose comme ça et il y a des gens par exemple qui arrivent à apprendre très bien, juste en voyant la vidéo, juste en reproduisant le geste alors rien que pour ça, c’est vraiment un média qu’il faut exploiter, je crois.

J : Le mimétisme le fixe, c’est vraiment important dans l’apprentissage.

 

 

R : Voilà, exactement, est-ce que tu as un artiste comme ça que tu adores ? Quelqu’un ou un dernier coup de cœur à faire partager au niveau artistique ?

J : J’aime beaucoup, beaucoup d’artistes, comme j’aime beaucoup, beaucoup de musiques, je n’ai pas un artiste à montrer du doigt en fait, je les aime beaucoup tous, que ce soit… Bon, j’ai une préférence pour ceux qui produisent du réaliste et j’aime aussi beaucoup l’abstrait, donc j’ai envie de te dire, intéresse-toi, ou intéressez-vous tous à ce qui vous anime le plus, je n’ai pas à en montrer plus qu’un autre en général.

R : Trouvez l’artiste qui vous plaît à vous, voilà, cherche…

J : Moi, j’aime beaucoup les photographes aussi…

R : Voilà.

J : Il y a certains photographes qui arrivent à déceler des étincelles chez les gens qui font le portrait, par exemple des paysages, qui arrivent à déceler des choses magnifiques, qui magnifient finalement ce qu’on peut voir par des points de vue, par des jeux de lumière, par des tas de choses. Ça c’est super intéressant, c’est… je me sers de la photo moi, pour m’aider à créer souvent en tout cas, un voyage que je fais dans ma…

R : Tu prends beaucoup de photos de reportage comme document ?

J : Oui, photo de reportage, j’en propose des fois sur le site d’ailleurs dessinercroquerlavie, en revanche, c’est un outil pour moi, la photographie. Quand je vois des gens qui font la photo artistique, je trouve ça intéressant, très intéressant. Mais bon toujours sans nom, sont sans nom, parce que je trouve que tout le monde est intéressant dans la démonstration artistique.

R : D’accord, et sur, la dernière, la dernière question, c’est : est-ce que tu as une, peut-être un dernier conseil pour les gens qui veulent se lancer dans le dessin, dans l’art, alors.

J : Oui.

R : Pour les encourager.

J : J’ai deux, trois.

R : Trois.

J : C’est persévérance, patiente, observation. L’observation pourquoi ? Parce que tout est dans l’observation, quand on regarde, on observe, attention parce que regarder et observer ce n’est pas la même chose observer, c’est avant tout déceler les liens qu’il peut y avoir entre la perspective, entre l’ombre et la lumière, entre les notions de portait, toutes ces notions artistiques qu’on transmet, que tu transmets toi, sur ton site, que je reprends en ce moment, moi sur dessinercroquerlavie, toutes ces notions-là sont liées peu importe les projets qu’on a, dans tous les cas, tout est lié Donc, il faut arriver juste à observer ces notions-là, schématiser, simplifier et amener petit à petit de la précision dans ce qu’on fait, donc tout ça, c’est de la patience, parce que c’est avant tout de la patience et de l’observation

R : Patience, observation et persévérance.

J : Et persévérance surtout et puis, surtout ne jamais hésiter à poser des questions aux gens qui offrent ces aides, comme je le fais, moi, comme tu le fais, toi. Ne pas hésiter à poser des questions, ne pas hésiter à montrer ce qu’on fait aussi, parce que montrer, c’est aussi avoir un regard différent que celui qu’on a l’habitude de donner. La plus part du temps, c’est notre jugement qu’on met dans l’œuvre qu’on crée et on est souvent très, très dure avec nous-même et donc ne pas l’être avec nous même, et donc ne pas l’être donc il faut proposer de montrer aux autres, donc faire des expositions par exemple ou si on ne le met pas là, le montrer à son voisin, son ami, son copain, sa copine et proposer ce qu’on fait, aux autres pour avoir un regard différent. Souvent, les gens qui nous entourent ont une espèce de tendresse, mais ils sont plus dure aussi, ils sont plus frais. Ils arrivent à dire à la fin du cours parce que je te connais, je sais que tu es capable de faire, de t’arracher un truc, c’est bien, c’est intéressant, c’est pareil, il faut que tu y arrives. Enfin tout ça les amis le disent plus facilement, voilà. Donc exposer son travail, persévérance observation etc.

R : C’est déjà pas mal, c’est déjà beaucoup de choses, c’est super. Merci beaucoup Jérôme d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

J : Merci à toi.

R : Et donc voilà, sur ton site, Jérôme propose un guide pour apprendre à dessiner les mains et les pieds. Donc, si jamais vous avez des problèmes avec ces deux membres qui sont quand même des grosses bêtes noires du dessin anatomique, voilà, vous pouvez vous inscrire chez lui pour bénéficier des conseils, pour pouvoir télécharger le guide et puis voilà, donc merci encore à Jérôme et vous tous, je vous dis à une prochaine pour une prochaine vidéo, au revoir.

 

{lang: 'fr'}
Follow

About the Author

Après 5 années d'études pour devenir professeur d'arts plastiques en lycée, j'ai finalement choisi de me lancer dans l'aventure de l'entrepreunariat. Aujourd'hui j'ai la chance de vivre de mon art mais surtout je suis libre de continuer à apprendre et de pouvoir enseigner ce qui me passionne dans le dessin !

Comments are closed