Ce que vous allez apprendre du dessin

By Roy Pallas | Farandole

Dec 20

logoCroyez moi, au début le dessin prend plus que ce qu’il ne donne. Constat un peu amer vous me direz et pas très motivant. Ceux qui veulent apprendre à dessiner ont généralement des objectifs précis, le plus répandu étant de faire du ressemblant. Ok, on sait que ce n’est pas du jour au lendemain que l’on devient un Michel-Ange du 21eme siècle.

Après que vous ayez constaté que la ressemblance n’est pas si facile à atteindre, soit vous abandonnez, soit vous persistez. Voilà ce que je vous propose pour les deux cas. Et si vous gardiez un œil sur cet objectif et que de l’autre vous portez votre attention sur les bénéfices immédiat du dessin ? Vous allez me dire « lesquels ? ». C’est tout le propos de l’article « donner et recevoir en dessin » que je vous invite à lire.

Note : cet article est ma contribution à l’évènement “la farandole des blogs” organisé par Michèle du blog “Sur le chemin de soi” sur le thème de “donner et recevoir”.

 

 

Quelle est la qualité, la chose primordiale à avoir pour apprendre le dessin ? (et nécessaire pour tout apprentissage d’ailleurs). Si l’on demande aux dessinateurs confirmés ce qui a rendu possible leur progression dans le dessin, nous avons comme réponse récurrente le « temps ». Apprendre à dessiner prend du temps. Voilà donc la principale monnaie d’échange pour devenir un virtuose du crayon. Oui mais bon jusque là ce n’était pas un secret, on ne fait pas de beaux dessins du jour au lendemain.

Si ce qu’on doit donner pour obtenir de bons résultats est évident pour la plupart, les bénéfices qu’on reçoit de cette activité diffères selon les gens. Chacun trouve un plaisir personnel à dessiner, pour certain c’est de « s’évader », pour d’autres c’est « de créer », ou encore c’est un moyen « de s’exprimer »… voir tout ça à la fois !

Voici comment je vais procéder pour lever le voile sur les bénéfices, (non pas à long terme parce qu’au final ce qu’on veut c’est faire un beau dessin) que l’on peut s’attendre à recevoir dès le début de l’apprentissage.

Plutôt que de faire une liste de tout ce qu’il y a de plaisant dans cet exercice, j’ai choisi de prendre une citation de Paul Valery qui regroupe l’essentiel des qualités que l’on développe en dessinant (je parle du dessin artistique). Je vais vous livrer dans cet article, quelques réflexions à froid sur ces mots du poète. Vous verrez ce sera l’occasion mieux comprendre comment fonctionne notre cerveau pendant cet exercice.

« Je ne connais pas d’art qui puisse engager plus d’intelligence que le dessin. Qu’il s’agisse d’extraire du complexe de la vue la trouvaille du trait, de résumer une structure, de ne pas céder à la main, de lire et de prononcer en soi une forme avant de l’écrire ; ou bien que l’invention domine le moment, que l’idée se fasse obéir, se précise, et s’enrichisse de ce qu’elle devient sur le papier, sous le regard, tous les dons de l’esprit trouvent leur emploi dans ce travail, où paraissent non moins fortement tous les caractères de la personne quand elle en a. »

 

 

“Extraire du complexe de la vue la trouvaille du trait…”

 

Le dessin est un moyen d’explorer le monde, de l’observer pour en voir les détails. Et parmi tout ce foisonnement de détails perçus, le dessinateur en extrait un pour le mettre à la vue de tous (au passage que le dessin vient du latin designare, qui veut dire « désigner », « représenter concrètement »). C’est une manière de hiérarchiser ce qui est important pour le dessinateur, ce sur quoi il veut attirer l’attention.

Un peu comme le ferait une photographie dont la mise au point est faite sur un objet, rendant floue son environnement.

Si ce processus de mise en avant est mécanique avec la photographie, il faudra prendre en compte en dessin que la précision de cette transcription du réel à la feuille, dépendra de l’agilité de la main qui tracera le trait.

Là où la précision dépend d’un simple réglage de l’objectif de l’appareil, un trait précis ne peut s’obtenir que par un entraînement régulier chez le dessinateur. Le but du dessin est de faire en sorte que notre trait devienne précis et spontané.

Une spontanéité qui découle de notre capacité à synthétiser une structure complexe observée dans la réalité et donc de nous focaliser sur la partie que l’on veut donner à voir.

 

Résumer une structure”

Résumer une structure est en effet une qualité essentielle pour que l’artiste puisse, en un éclair, matérialiser la vision qu’il en a. C’est un acte de simplification. Le dessinateur prend l’essentiel de ce qui l’intéresse. Il suggère et esquisse les choses les moins importantes et détail au mieux ce qu’il veut mettre en avant.

 

“Ne pas céder à la main…”

La seconde difficulté, comme nous l’avons vu plus haut, sera d’éduquer la main afin qu’elle serve au mieux la pensée du dessinateur. Il faut que celle-ci puisse transcrire fidèlement la vision de l’artiste. Si ce n’est pas le cas, sachez que la douleur, la frustration seront les seuls gains que vous obtiendrez pour votre maîtrise imparfaite des techniques. Il est donc important d’acquérir les moyens pour transformer l’inspiration en acte créateur. En gros obtenir « le pouvoir faire ».

 

“De lire et de prononcer en soi une forme avant de l’écrire…”

Le dessin est donc cette alternance entre notre cerveau créant une image et notre main qui exécute sur le papier.

Sachez aussi que dans l‘art du croquis, la forme tracée sur le papier génère une nouvelle image dans notre cerveau. En gros, en voyant ce qui est tracé sur le papier, notre encéphale en imagine une nouvelle instantanément à partir de celle-ci.

Prenez conscience que l’acte de dessiner n’est pas d’avoir d’un côté notre cerveau qui imagine et la main qui trace d’un autre, mais que c’est une alternance des deux. Notre attention va et vient entre notre mental et la main, comme le ferait une balle entre deux adversaires dans un match de ping-pong.

C’est avec ce mouvement de l’attention entre la tête et la main qu’il est possible de créer une représentation fidèle des images que l’on a en nous. Image qui est forcément « en progression ».

 

“Que l’idée se fasse obéir, se précise, s’enrichisse de ce qu’elle devient sur le papier”

Le croquis est donc une recherche créatrice qui procède par tâtonnement. Chaque forme posée sur le papier permet de rebondir vers la suivante.

Si vous souhaitez croquer mais que vous êtes débutant, vous pouvez dessiner avec le cerveau droit qui est la méthode la plus simple pour réussir à acquérir les bases.

“Sous le regard, tous les dons de l’esprit trouvent leur emploi dans ce travail”

Je ne saurais dire si Paul Valery exagère ou non en disant cela étant donné que je ne suis pas spécialiste de l’esprit humain..

En cela, l’activité de dessiner affine l’imagination, aiguise la sensibilité et stimule l’expression graphique. Les facultés de l’esprit employées en même temps, vont nous permettre une certaine concentration. « La concentration » est un état d’esprit indispensable afin de voir la forme pour ce qu’elle est et non pas comme on a appris à la voir. De cette vision « sans filtre » et « sans jugement », il résulte un lien fort entre le dessinateur et son modèle.

 

“…où paraissent non moins fortement tous les caractères de la personne quand elle en a”

Enfin le dessin est un moyen de révéler une partie de la personnalité de l’auteur. Comme un graphologue peut deviner le caractère d’une personne par son écriture, on peut avoir une idée du caractère d’un dessinateur en observant ses productions. En plus d’être un miroir (certes flou ) de la personnalité de l’artiste, le dessin est une porte permettant, à qui veut la franchir, d’établir une connexion émotionnelle avec son auteur.

 

Au final ce que vous allez pouvoir apprendre du dessin dès le début

En dessin comme en toute autre activité, je vous recommande en plus d’avoir un objectif long terme, d’en avoir plusieurs petits à court et moyens termes.

Je ne peux pas vous garantir qu’en prenant des cours et en lisant des livres, vous pourrez faire de beaux dessins. Mais je peux vous assurer que dès le début de l’apprentissage vous pourrez :

– Améliorer votre sens de l’observation et vos capacités psychomoteurs.

– Décortiquer une forme dans l’espace, la posture d’une personne, la position de son squelette.

– Améliorerez votre empathie avec vos modèles.

– Développer votre imagination.

– Aurez une plus grande conscience de votre corps dans l’espace.

– Obtiendrez une concentration de meilleure qualité.

Il m’a semblé important de mettre en avant ces qualités que l’on développe dès le début en dessin. J’ai remarqué qu’on ne parlait pas assez des effets à court terme qui sont selon moi important puisque ça nous évite de penser que nos efforts ne servent à rien. Certes vous n’arriverez pas tout de suite à faire votre dessin parfait. Le but de cet article est de vous faire prendre conscience que ces bénéfices vont vous permettre de rester motivé et de patienter, en attendant d’atteindre vos objectifs.

Vous trouverez d’autres des applications dans les formations de dessin que je dispose sur internet.

Pour en savoir plus sur les techniques pour croquer et portraiturer, vous pouvez recevoir le pack du dessinateur débutant qui contient plusieurs fiches sur ce sujet en cliquant sur l’image ci-dessous.

{lang: 'fr'}

(8) comments

Add Your Reply