Mes 5 conseils pour démarrer le portrait réaliste au crayon !

By Roy Pallas | Non classé

Débutants commencez ici !

Un petit test pour se lancer tranquillement ?

Hello ! Avant de commencer à parcourir mon blog, vous pouvez passer mon petit QUIZ ! En quelques questions (un peu rigolotes) vous déterminerez le type de dessinateur que vous êtes !

Bonjour, je suis Sophie Meyer du blog Dessine moi 1 portrait, artiste professionnelle depuis plusieurs années et comme vous, lectrice assidue du blog Le Dessin de Roy !

En lisant dernièrement un de ses articles sur le dessin hyper-réaliste et tous ses artistes inspirants, j’ai voulu à mon tour vous faire partager ma passion pour l’art du portrait et mes conseils pour débuter à votre tour la réalisation d’un portrait réaliste au crayon !

Mais comment concilier l’apprentissage des techniques graphiques et la difficulté propre au dessin de portrait qui est d’arriver à saisir la ressemblance de son modèle ?

Alors bien sûr, il existe des solutions rapides pour reproduire un sujet en photo, pour l’agrandir ou le réduire sans le déformer : ce sont les grilles. Le point positif, c’est que l’on obtient une reproduction très correcte du sujet, rapidement et sans difficultés, les points négatifs sont le temps nécessaire pour tracer les grilles et l’obligation de travailler d’après une photo papier ! Impossible de dessiner d’après un modèle vivant avec ces méthodes !

Mais le principal défaut de ces méthodes à mon avis, c’est qu’elles n’apportent au final que très peu de compétences à ceux qui les pratiquent ! Même si elles permettent de réaliser rapidement des portraits ressemblants et satisfaisants, elles ne permettront jamais d’apprendre à dessiner !

Si on aime dessiner et si l’on souhaite APPRENDRE à dessiner, utiliser la méthode des grilles pour reproduire son sujet est une fausse bonne solution ! Reproduire ce n’est pas dessiner et inversement d’ailleurs ! Décalquer ou reproduire à l’échelle à l’aide d’une grille ne permet pas de progresser, d’apprendre réellement le dessin, même si je comprends leur usage par beaucoup, surtout au début. Mais je suis convaincue qu’il faut oser se lancer devant sa feuille blanche et faire des erreurs, rater, faire “moche” parfois, et ce n’est pas grave, ce n’est pas pas un échec, mais une étape normale dans l’apprentissage du dessin ! J’en fais tous les jours l’expérience et croyez-moi, chaque dessin que je fais est un défi !

Car autant le savoir de suite, apprendre à dessiner des visages est difficile et le résultat pas toujours à la hauteur de nos espérances, mais chaque portrait, chaque dessin est un véritable challenge, tous les jours on apprend et chaque jour, on devient meilleur !

L’œil et la main vont apprendre à travailler ensemble et le résultat ne manquera pas de vous bluffer avec un peu de patience et bien sûr, beaucoup d’heures de dessin !!!

Alors pour démarrer avec de bonnes bases, voilà 5 conseils pour commencer votre dessin de portrait dans de bonnes conditions et avec méthode !

Le choix de la photo modèle : privilégier la simplicité

Inutile de se mettre des bâtons dans les roues dès le départ ! Commencer par le moins compliqué est une preuve de bon sens qui va permettre de progresser sans se démoraliser ! Mettre la barre trop haute par rapport à ses capacités n’est pas toujours constructif surtout dans le domaine artistique ! Pour ma part, je préfère fractionner les difficultés et augmenter les difficultés au fur et à mesure pour ne pas me décourager ni abandonner ! Une photo de visage de face, avec des traits équilibrés, bien éclairé et avec une expression plutôt neutre (ni rire, ni grimace, etc.) est déjà un challenge à dessiner mais avec une bonne méthode et des conseils pas à pas c’est parfaitement réalisable, d’ailleurs j’en ai fait mon défi lors de la création de mon blog, en pariant sur le fait que j’apprendrais à ma main droite (je suis une vraie gauchère !) à dessiner un portrait réaliste en seulement 21 jours ! Défi relevé avec succès à ma grande joie Smile !

Évitez donc certaines photos : floues, en couleurs, trop ou pas assez exposées, celles de 3/4 qui demandent un peu plus de maîtrise en perspective et en volume, celles avec trop d’expression, etc. Chaque chose en son temps, et le succès sera au rendez-vous !

Choix du matériel et poste de travail

Le choix du matériel dépend du résultat que vous souhaitez obtenir, mais pour donner une idée générale et généraliste, il vaut toujours mieux commencer par le plus simple : il faut au minimum un crayon 2B, c’est celui qui va vous permettre de faire aussi bien le croquis de départ (en appuyant le moins possible sur le trait) que les finitions du portrait avec l’accentuation des ombres. Il faut aussi bien entendu une gomme, un taille-crayon, une estompe sera la bienvenue pour flouter et fondre vos traits de crayon et un papier blanc type Canson (120g/m2) grain fin non satiné sera parfait !

Évitez au maximum les papiers trop fins (type papier imprimante) qui ne supporteront ni la pression des crayons graphites ni le gommage ni l’estompage ! Évitez aussi les papiers avec un grain (relief du papier) trop gros, par exemple le papier aquarelle, plus le grain de votre papier sera important, moins il sera possible de travailler dans le détail et la précision !

Un fort relief donne au dessin une texture grossière qui sera incompatible avec un dessin précis ! Évitez aussi de débuter par un trop grand format (c’est très fastidieux!) qui va vous demander beaucoup de temps et de travail ainsi qu’un plus grand risque d’erreur de proportions au vu de sa taille ! Pareil pour les formats trop petits qui eux rendront difficile le fignolage des détails !

Pour mon exemple, j’ai choisi un papier blanc Canson, format A4 (soit environ 20X30) avec un grammage de 120g/m2 grain fin non satiné.

Ne surtout pas dessiner à plat : c’est une grande cause d’erreur de perspective et de déformation du dessin, il vaut mieux prendre l’habitude de travailler devant sa feuille comme devant un chevalet, le mieux est de pouvoir se déplacer devant sans trop de contrainte, à la manière d’un peintre, pour pouvoir tourner autour de son dessin, l’examiner sous d’autres angles, prendre du recul et le visualiser dans son ensemble. Si vous n’avez pas d’autre choix que celui de dessiner sur votre table de bureau, pensez alors à redresser fréquemment votre dessin et à le regarder ainsi pour avoir un bon angle de vue ! Vous pouvez par exemple scotcher votre feuille sur un bout de carton ou de bois pour avoir une certaine rigidité dans votre support et le redresser de temps à autre !

Soigner le croquis de départ

On ne construit pas de maison durable sur de mauvaises fondations ! Les règles sont les mêmes en dessin, difficile de réaliser un portrait réussi avec un croquis de départ mal fichu ! Si les proportions de départ sont fausses, tous nos efforts pour obtenir la ressemblance seront inutiles et reprendre un portrait en milieu de réalisation est toujours plus compliqué, le gommage abîme le papier et les traces qui restent faussent toujours notre perception des traits ! Sans parler du découragement !!!

Le croquis de base est donc ESSENTIEL, autant prendre le temps de le réaliser avec soin et avec un trait le moins appuyé possible pour pouvoir corriger ses erreurs. Je commence toujours mon dessin de départ par des lignes et des traits qui marque les repères dans l’espace (vertical et horizontal)

Puis je trace les points de repères sur ces lignes : écartement des yeux, alignement du nez par rapport aux coins des yeux, etc. de manière à construire un visage qui tient compte de mon modèle.

Les proportions d’un visage (ici j’ai choisi un visage féminin) dépendent de plusieurs facteurs : le type ethnique, l’âge, le sexe. Ces trois variables vont déterminer la position “générale” des traits du visage humain. La position du triangle yeux-nez-bouche ne sera pas pareille dans un visage d’adulte que dans un visage d’enfant, les proportions et les distances entre ces trois éléments seront bien différentes selon l’âge donc, mais aussi suivant le sexe et le type ethnique !

Malgré tout, un visage humain est construit selon un schéma commun avec des variables et c’est d’ailleurs cette caractéristique qui permet l’existence de la reconnaissance faciale par exemple sur la plupart de nos smartphones !

Structurer son croquis en cherchant des points de correspondance
Mise en place des traits de base

Mais attention ! Soigner le travail du croquis ne signifie pas être dans la précision dès le début ! Il faut toujours aller du grossier vers le précis, commencer par un gribouillage et finir avec le chef d’œuvre ! On commence donc par réaliser une construction logique et géométrique du sujet à dessiner, on trace les lignes de repère pour les yeux, le nez, la bouche. En fait, on se sert d’une grille là-aussi, mais imaginaire !

Changer son regard sur son travail est essentiel aussi : cela permet de voir les erreurs de proportions, s’il y en a bien sûr ! Pour cela, on peut utiliser le test du miroir, en regardant son dessin par le biais de son reflet. Très souvent, lorsque l’on dessine depuis un certain temps, le regard s’habitue à ce qu’il voit, les défauts ne sautent plus aux yeux ! Pour cela, on peut retourner son dessin, cela change notre perception et met en évidence les potentiels défauts, on peut aussi prendre son dessin en photo, je fais cela fréquemment et chose étrange, je m’aperçois toujours de mes erreurs de proportions ou de ressemblance à ce moment-là !

L’expression “prendre du recul” lorsque l’on a un problème afin de trouver une solution prend tout son sens dans le dessin : lorsque l’on change son point de vue devant son œuvre, on trouve souvent ce qui ne va pas et on peut le corriger avant qu’il soit trop tard ! N’hésitez pas à lever votre nez de votre feuille et à envisager votre travail de loin, dans toute sa globalité ! Là-aussi, c’est une question d’angle, trop près notre vue est faussée par la proximité de ce que l’on regarde, vous pouvez tester ce principe physique en prenant une photo de vous avec votre portable tout près de votre visage, vous constaterez que votre nez est désormais inratable !!!

N’hésitez pas à faire ces petites manipulations dès le stade du croquis, je peux vous assurer qu’il est plus que frustrant (et décourageant ! ) de s’apercevoir de ses erreurs de proportions au bout de 5 heures de dessin !!!

Quelques images tirées de mon défi :“21 pour apprendre à réaliser un portrait réaliste au crayon !, du croquis jusqu’au résultat final :

Vérification de l’alignement des yeux
Début du travail des ombres et du contraste
Le résultat final !

Travailler en 3D

Pour obtenir le réalisme, l’effet vivant, il va falloir envisager son dessin non plus en 2 dimensions, c’est-à-dire à plat, mais en 3D, c’est-à-dire en relief et pour cela il est nécessaire de travailler en tenant compte des volumes ! Voilà pourquoi il est plus facile et recommandé de commencer le dessin de portrait par un modèle de face ! On évite la difficulté de la mise en perspective qui, par exemple sur un visage vu de 3/4, va orienter une partie de ce dernier vers nous et donc plus près, déformant légèrement les traits !

Bien sûr, ce travail de perspective est aussi nécessaire dans un dessin de face, mais il est moins important, les traits restent symétriques, les seuls éléments qui vont demander une mise en relief sont les yeux, le nez et la bouche. Pour arriver à ce résultat, on va tenir compte de la “déformation” produite par ces éléments sur la surface du visage : je m’explique !

Un visage même de face n’est pas plat ! Le front est légèrement bombé, les orbites provoquent une dépression dans le visage et les globes oculaires, eux, sont à demi-enfoncés dans ces dernières, le nez est une projection en avant, un élément qui dépasse dans le visage, et les lèvres sont légèrement ourlées devant une cavité appelée bouche ! Sans parler des pommettes et du menton ! Les difficultés s’accumulent donc ! Mais pour arriver à dessiner correctement un visage, il faut en comprendre sa structure ! Imaginez-vous prendre commande d’un masque pour le carnaval de Venise et que celui-ci soit complètement plat !!! Vous seriez plutôt embêtés pour le mettre sur votre visage ! Pour le dessin réaliste, il faut donc garder cette idée en tête : un visage n’est pas plat !

N’hésitez pas à travailler d’abord chaque élément du visage à part, œil, bouche, nez, cheveux, pour apprendre comment les représenter, ci-dessous quelques images exemples de mon tuto nez :

Soigner son échelle des valeurs

Tout dessin débuté quelques heures (ou quelques jours Smile) plus tôt, va trouver sa consécration dans le travail de finition : les ombres et les contrastes !

Pour obtenir cette mise en perspective de certains éléments du visage, le travail des ombres et des contrastes va être l’élément clé !

Roy en a beaucoup parlé dans ses différents articles et pour cause ! Les ombres et les contrastes font partie des étapes incontournables du dessin ! Une fois fini tout le travail de construction du visage, une fois obtenu la ressemblance des traits et la mise en place des volumes, il nous reste à terminer notre œuvre en lui donnant son relief et son éclat grâce à la mise en place des valeurs, c’est-à-dire, de toutes les variantes qui vont du blanc au noir !

À cette étape, le risque est de mal reproduire ses valeurs, et à cause de cela, fausser les contrastes en étant soit dans l’excès soit dans le manque. Je vais d’ailleurs me pencher sur le caractère INDISPENSABLE de cette échelle des valeurs dans un de mes prochains articles, car c’est le principal écueil des artistes débutants !

Echelle de valeurs faites maison

La définition d’une valeur en dessin est l’expression de la luminosité ou clarté, c’est-à-dire sa position dans l’échelle entre les  tons sombres et les tons clairs. C’est la deuxième raison pour laquelle le choix de départ du modèle est important lorsque l’on débute : avec une photo trop contrastée, trop sombre ou avec des reflets trop importants, le risque de mal utiliser son échelle des valeurs est très important ! Difficile d’être juste et de maintenir une cohérence dans son dessin, très souvent, on pêche par excès et on se retrouve avec un portrait avec des ombres en pâté (je cite Roy !!!) qui écrasent littéralement le dessin ou à l’inverse, sans grand relief en raison de l’absence criante de contrastes !

Des ombres trop accentuées et une échelle des valeurs malmenée ! Photo : Milzot
Le même sujet (l’œil) mais avec une utilisation plus efficace des contrastes et un rendu plus réaliste !
Dessin et photo : Sophie Meyer

Autre astuce très efficace et véritable garde-fou, on se fabrique sa propre échelle des valeurs et on n’hésite pas à vérifier de manière régulière ses tonalités en comparant les valeurs de son dessin et celles de son modèle !

L’essentiel est de respecter certaines conditions : il vaut mieux travailler sur son dessin de manière globale, afin de maintenir la cohérence dans la réalisation des ombres, on fonce au fur et à mesure pour respecter l’échelle des valeurs propre au modèle et l’on garde à l’idée que rien n’est tout à fait noir ni tout à fait blanc ! Ces valeurs extrêmes de l’échelle sont en définitive, extrêmement rares en dessin !

Deux exemples de portraits d’enfants au crayon graphite Photos et dessins : Sophie Meyer

Voilà, bien entendu difficile de faire le tour de la question en un seul article, mais j’espère avec ces 5 conseils de départ, vous avoir donné envie de réaliser à votre tour votre premier portrait réaliste et vous avoir donné de bons outils pour sa réussite !

A vos crayons et bonne continuation artistique à tous !

{lang: 'fr'}
No votes yet.
Please wait...
Voting is currently disabled, data maintenance in progress.
  • Avatar sarahangel30 dit :

    super merci sa ma aidé pour un projet

    No votes yet.
    Please wait...
    Voting is currently disabled, data maintenance in progress.
  • >