Le véritable voyage c’est de changer de regard, voici 3 livres pour vous y aider

By Roy Pallas | Farandole

logo-croisee-des-blogs100Plus jeune j’étais plutôt timide et je n’aurais pas eu beaucoup d’amis si les gens n’étaient pas venus vers moi pour voir ce que je griffonnais sur mes feuilles. Sur une île, il est aussi plus difficile de voyager avec peu d’argent. On est éloigné des autres continents c’est donc délicat d’aller à la rencontre d’autres espaces. Dans ces conditions, comment avoir une vie autre que sédentaire?

Une fois arrivé en France c’était une autre histoire ! Livré à moi-même, il m’a fallu m’adapter et apprendre à aller vers les gens mais aussi à être suffisamment bien installé pour me consacrer à mes études. Ce départ sur le continent européen avait tout d’un voyage initiatique pour moi, j’ai voulu poursuivre sur cette lancée. Je n’ai pas attendu longtemps avant de me mettre à lire des livres pour apprendre à s’affranchir des stéréotypes, se pousser à l’action et garder un regard d’enfant sur les choses. Je partage avec vous 3 d’entres eux dans cet article.

 

L’alchimiste, Paulo Coelho

L'alchimiste« Il faut absolument que tu lises ce livre ! » On a tous des amis qui adorent se cultiver et qui aiment partager leurs découvertes. Je dois dire que la plupart du temps je suis enthousiasmé par leurs recommandations littéraires mais une fois la discussion passée, j’oublie assez vite d’aller chercher ledit ouvrage… Il y a eu des exceptions, l’alchimiste en fait partie.

Ce livre de Paulo Coelho retrace l’histoire d’un berger d’Andalousie (Santiago) vivant une existence dévouée à ses moutons. Au départ, il était satisfait de la vie qu’il menait et de son rythme jusqu’à un soir où il rêva d’un trésor caché près des pyramides d’Egypte. Ce rêve l’obsède tellement qu’il vend son troupeau et ses biens pour partir à la recherche de ce trésor. Il s’ensuit un long voyage initiatique fait de rencontres et d’expériences. Au fur et à mesure de son périple, Santiago va apprendre à écouter son cœur pour réaliser sa « légende personnelle ».

Il y a passage qui m’a véritablement plus marqué que les autres, c’est celui du « secret du bonheur ». C’est une histoire narrée par un des personnages du roman. Je vous la résume.

Un homme alla voir un sage pour que ce dernier lui révèle comment être heureux. Avant de lui répondre, le sage lui suggéra de faire une visite du palais avec à la main, une cuillère contenant deux gouttes d’huiles qu’il ne devait pas renverser.

Après sa promenade il retourna auprès du sage sans avoir fait tomber les gouttes. Celui-ci lui demanda si il avait admiré les superbes statues, les tapisseries et les beaux jardins de son palais. L’homme avait porté toute son attention sur les gouttes pour ne pas les faire tomber et donc n’avait pas pris le temps d’observer autour de lui.

Le sage lui dit de refaire un tour dans le palais. Cette fois l’homme, toujours cuillère en main, a tout observé en détail. Il retourna à nouveau auprès du sage pour lui raconter, mais cette fois les deux gouttes n’étaient plus dans l’ustensile…

Sans s’en rendre compte, l’homme avait renversé les gouttes en admirant les splendeurs du palais.

La morale que j’en ai tiré et de ne pas oublier de profiter des belles merveilles de ce monde tout en accomplissant nos objectifs. Ce n’est pas parce qu’on a un but à accomplir qu’il faut négliger le présent. Ce qui fait appel selon moi à une capacité de « double-attention » (sur soi et sur l’extérieur) difficile à acquérir.

Si ce livre a changé ma vie, c’est dans le sens où il m’a poussé à m’écouter et à vouloir réaliser (sans prétention) ma propre “légende personnelle”. Ce passage en particulier m’a donné une vision un peu plus spirituelle de l’acte de dessiner. Un dessinateur en action doit à la fois faire appel à des techniques pour synthétiser la scène qu’il reproduit mais aussi doit s’écouter lui-même pour sortir une émotion et la transposer dans son dessin.

 

 

 

Passagère du silence, Fabienne Verdier

Passagère du silenceJ’ai lu ce livre dans le cadre d’un dossier que je devais rendre pour un cours lorsque j’étais à la fac. Je travaillais avec une fille qui était passionnée par l’œuvre de cette artiste peintre-calligraphe. Je me souviens avoir longuement parlé avec cette amie de ce sujet, elle avait lu tous les ouvrages au sujet de Fabienne Verdier et visité quelques unes de ses expositions. Comme j’ai voulu en savoir plus sur son parcours, elle m’a prêté l’autobiographie de l’artiste.

Je suis admiratif des gens qui ont la capacité de tout quitter pour voyager. Ces personnes qui peuvent vendre maison, meubles et se séparer de leurs amis pour vivre l’aventure et se lancer dans l’inconnu, m’inspirent. Fabienne Verdier est de ces gens-là.

Issue d’une famille d’agriculteurs, elle développe son talent artistique en intégrant une école des beaux-arts et suit un enseignement dont elle dira plus tard qu’il est « plein de lacunes ». Elle se passionne pour la calligraphie et décide de se perfectionner dans cette discipline auprès d’un grand maître en Chine. Une fois installée, Fabienne rencontre bien des difficultés pour s’intégrer aux habitants, à cela s’ajoute la réticence du maître à enseigner son art à une occidentale aussi talentueuse soit elle.

Si ce livre a changé ma vie c’est parce que j’ai pu sentir à travers ce récit, le courage d’une artiste qui a voulu pousser son art au plus près de ses limites et ce, même si il fallait se couper de tout ce qu’elle connaissait durant plusieurs années de sa vie. De plus, les exercices du maître calligraphe étaient très rigoureux et répétitifs. Au début ils consistaient à tracer des traits par milliers chaque jour au pinceau.

J’ai été touché par autant d’abnégation et de persévérance dans cet entrainement. Je retrouve dans ce récit des valeurs cultivées dans les dojo d’arts martiaux (dans ces écoles, les mouvements sont répétés des milliers de fois pour acquérir une bonne exécution) ainsi qu’une passion rare pour la création. Qui a dit que l’art était facile?

 

 

Petit traité de toutes vérités sur l’existence, Fred Vargas

Petit traité de toutes vérités sur l'existenceJ’aime bien regarder les rayons de livres. Il m’arrive de passer plusieurs minutes à la médiathèque à ne faire qu’observer les tranches des couvertures sans prendre un seul ouvrage. Il y a trois ans je cherchais un bouquin à me mettre sous la dent sans vraiment savoir quoi. Par hasard je me suis arrêté sur le petit traité de toutes vérités sur l’existence de Fred Vargas. Je n’avais jamais lu ses romans policiers qui sont apparemment très biens.

Le résumé de la quatrième de couverture donne une bonne idée du contenu du livre et du ton qu’adopte le narrateur. L’auteur se donne comme objectif en 100 pages de livrer tout le savoir nécessaire pour s’épanoui dans notre existence. C’est dans un style d’écriture très « brut de décoffrage » (que le narrateur attribue naturellement à ses origines vikings) que sont livrés les mystères de la Vie. L’approche est totalement loufoque, légère et grave à la fois.

Ce livre est un véritable brassage de sujets divers qui n’ont apparemment aucun rapport les uns avec les autres. Mais le narrateur ne manque pas de rappeler qu’il y a toujours un lien avec les vérités de l’existence qu’il n’oublie pas de révéler… à la fin de l’ouvrage. Tant pis si le lecteur s’impatiente, aussi futiles qu’elles paraissent, ses anecdotes et réflexions personnelles sont primordiales pour la conclusion.

La construction du texte est un peu déroutante, on passe véritablement du coq à l’âne mais toutes les digressions ont une raison. Je vous préviens qu’en lisant ce livre vous ne compterez plus les fois où vous penserez « où veut-elle en venir ? ». Voici quelques exemples de sujets qui sont abordées dans le texte :

– Qu’est ce que la propriété des matériaux semi-fluides ont a voir avec les relations humaines ?

– Que peuvent nous apprendre les vers de terre sur notre propre existence ?

– Pourquoi le bus n’arrive que lorsque l’on ne décide de ne plus l’attendre ?

– Pourquoi l’art est important?

Si je vous en parle dans cet article c’est que je l’ai adoré mais je dois dire que les avis sur cet ouvrage sont très partagés. À mon sens c’est un récit à prendre au second degré qui fera certainement évoluer votre vision des relations humaines, de l’amour, du libre-arbitre… À lire au moins une fois !

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Les 3 livres qui ont changé ma vie” organisé par le blog Des Livres Pour Changer de Vie. Si vous avez aimé cet article, je vous remercie de cliquer sur ce lien : j’ai aimé cet article !

{lang: 'fr'}
Follow

About the Author

Après 5 années d'études pour devenir professeur d'arts plastiques en lycée, j'ai finalement choisi de me lancer dans l'aventure de l'entrepreunariat. Aujourd'hui j'ai la chance de vivre de mon art mais surtout je suis libre de continuer à apprendre et de pouvoir enseigner ce qui me passionne dans le dessin !

Comments are closed