5 étapes pour dessiner un poing serré et donner l’impression de contraction

By Roy Pallas | Pas à pas

May 24

davco9200La semaine dernière nous avons vu comment dessiner un avant-bras aux bonnes proportions. Souvenez-vous que le modèle avait la main ouverte et les doigts relâchés. Ça a ses propres difficultés mais maintenant vous ne voulez peut être  pas passer votre temps à dessiner des muscles au repos? Un peu de contraction, de force et de conviction dans votre dessin serait du plus bel effet! Vous serez surpris de voir que ce n’est pas plus difficile que le premier modèle que vous avez vu. L’astuce tient en quelques détails qu’il faut avoir repéré et inséré, vous ne voulez pas qu’on dise de vos dessins qu’ils sont mous quand même? 🙂

 

 

1. Observation (toujours!)

Ici je n’ai pas changé la couleur de l’arrière plan parce que j’ai une préférence pour le jaune-orangé 🙂 mais pour mieux déceler les contours du bras.

Ensuite j’ai étudié les rapports de proportions grâce à des axes. Votre mission si vous l’acceptez est de débusquer les parallèles, les alignements, les inclinaisons des parties du bras.

Notez au passage l’ombre très prononcée sur le début du biceps et une partie de l’avant-bras.

etape 2 contours et relation

 

2. On reproduit le même enchaînement d’axes sur la feuille. Le but de la manoeuvre est de simplifier la transposition du modèle vers la feuille et au passage de le cadrer. Au début vous ne placerez pas le dessin au milieu de la feuille du premier coup mais avec le temps, le positionnement deviendra plus précis.

main fermée 1

 

3. On dessine les contours de l’avant-bras à l’intérieur de la structure. La plupart du temps, le soucis viendra du rapport de proportion entre la main et l’avant bras. On se retrouve souvent avec une main trop petite ou alors trop grande. Soyez rigoureux sur la structure et vous diminuerez le risque que cela arrive.

Un autre problème, il se peut que votre avant-bras soit trop fin. Prenez le temps là aussi de mesurer la largeur du poignet et de le comparer à un autre élément de la main (la base du pouce par exemple fait la même taille que la largeur du poignet). Si vous ne le faites pas vous vous exposez à faire un membre à l’aspect rachitique (alors qu’on veut du muscle!).

main fermée 2

main fermée 2b

main fermée 2bis

 

Pour donner la sensation de compression, il vous faut bien remarquer la direction des différentes forces en présences. Sinon ça sera un peu difficile à retranscrire si vous ne savez pas comment ça agit tout ça 🙂 Dites vous tout simplement que la compression part de l’extérieur de la main et vient se concentrer en un point.

main fermée 2bis force

 

4. On va placer les plis et les veines du bras.

Les gens ont tendance, une fois la structure en axe ébauchée, de ne pas insister sur les courbes qui constituent le modèle. De trop “suivre” les lignes très anguleuses des formes géométriques. À procéder de cette manière, votre dessin aura vite fait de ressembler à un légo (bon j’exagère mais vous voyez le principe).

Au contraire appuyez vous sur les lignes droites pour créer un contraste de rythme avec des courbes et contre-courbes bien ondulantes. Personnellement je n’hésite pas à arrondir un peu plus que ce que je vois sur le modèle. Résultat, des lignes fluides qui “coulent”.

 

Pareil pour les veines.

 

Les premières doivent épouser le volume de la chair compressée de la paume

Les secondes doivent suivre le volume des muscles de l’avant-bras, l’effet de contraction fait qu’elles sont très marquées.

main fermée 3

 

Pour les parties de la main repliées sur elles-même ce n’est pas toujours simple de les démêler au premier coup d’oeil. Quelles parties sont en dessous, lesquelles sont au dessus? L’astuce la voici, imaginez que les plis de la paume, les doigts et le pouce, sont des plans qui se superposent.

La zone 1 est celle qui se trouve tout en dessous des autres

La zone 2 (les doigts) sont juste au dessus de la première

La zone 3 (le pouce) est au dessus des doigts mais fait le lien avec la première.

Tout est lié!

 

main fermée 3bis

 

5. Accentuer les ombres et insister sur les plis.

On arrive à la dernière étape. À ce niveau on fignole les détails mais pas que! On va en profiter pour suggérer les veines sont la peau (oui on oubli souvent qu’elles doivent apparaitre sans être trop visibles).

Pour obtenir des veines qui fassent “naturelles”. On va s’aider des espaces négatifs. En gros on va se concentrer sur tout ce qui se trouve aux alentours de ces petites lignes.

davco9200veines

En ce qui concerne la direction des hachures, on peut faire des ombres classiques (à 45 degrés et qui ne suivent pas le volume du bras) ou alors comme moi sur ce dessin, des lignes qui suivent l’orientation du bras. Je trouve que ses dernières sont plus utiles puisqu’elles s’insèrent dans la dynamique de l’ensemble.

 

veines

main fermée 4bis

 

 

Et voilà pour terminer j’ai affirmer les contours du bras, retravaillé les ombres (oui toujours!) et insister sur les petites petites petites courbes éparpillées sur le modèle.

GSC_0399

 

Voilà tous les ingrédients pour un maximum d’effet! Essayez de les appliquer avec le même modèle que moi ou alors votre propre main 🙂

 

C’est le quatrième article sur les mains, est-ce qu’il y a d’autres positions de main sur lesquels vous souhaitez un tuto ou je passe à une autre partie du corps? 🙂 Dites le moi dans les commentaires!

 

 

crédits FlickR : davco9200

{lang: 'fr'}

(21) comments

Add Your Reply